Sélectionner une page

Olivier Masset-Depasse : « Duelles est un conte noir hitchcockien »

Olivier Masset-Depasse : « Duelles est un conte noir hitchcockien »
Publicité

Le réalisateur belge Olivier Masset-Depasse sort son troisième long-métrage, Duelles, un thriller psychologique nostalgique, atmosphérique et mené par un personnage féminin, tiré du roman Derrière la haine de Barbara Abel, qui se passe dans les années 1960. Entretien.

Synopsis – Face à face angoissant entre deux femmes, Alice et Céline, qui étaient les meilleures amies du monde jusqu’à ce qu’un évènement tragique vienne bouleverser leur quotidien.

Vous êtes connu pour votre intérêt pour les personnages féminins forts. En quoi Duelles se distingue-t-il de vos travaux précédents ?

Je suis le genre de metteur en scène qui essaie, à chaque fois, de faire un film au style différent, par envie de me renouveler, par esprit ludique, mais aussi parce que je sais que j’ai parlé, parle et parlerai toujours de la même chose : des relations familiales, du couple, de la relation « parent-enfant »… Duelles s’inscrit dans cette continuité de fond. L’autre similitude est que, tout comme mes films précédents, c’est un huis-clos sous tension. Le huis-clos est automatiquement symbolique : il induit aussitôt une dimension « méta-psychologique », dans le sens où tout ce que l’on voit à l’écran peut très bien se passer dans la tête du ou des personnages. On est aussitôt dans une dimension plus psychique. Dans mes précédents films, jusqu’à présent, j’avais toujours joué le « ton sur ton » (traitement sombre d’une histoire sombre). Pour Duelles, je tenais à expérimenter le contre-point esthétique (traitement clair d’une histoire sombre). C’est la raison pour laquelle j’ai repensé ma réalisation de fond en comble : je voulais traiter ce huis-clos de façon aérienne et sensorielle, préférant les longs plans en mouvement, avec plus de « mise en scène » dans le déplacement des acteurs. Il fallait une réalisation multiple, à la fois au plus près de la psychologie des personnages et se permettant une mise en beauté glamour et sensible. Il fallait de l’ampleur à ce huis-clos. Il fallait qu’on voie ce « merveilleux monde des années 1960 » se craqueler avant de sombrer dans les ténèbres.

On sent dans Duelles une nostalgie profonde pour certaines sources d’inspiration – notamment des références qui apparaissent de manière évidente. Pourquoi avez-vous choisi cette esthétique ?

Le roman de Barbara Abel a quelque chose de très hitchcockien. Après un film et un téléfilm très ancrés dans la réalité sociale, j’avais besoin de m’évader vers un autre genre de cinéma, d’aller me régénérer dans d’autres univers. Je ne voulais pas d’un récit contemporain qui aurait risqué de tirer le film vers le glauque et la technologie policière. Je voulais faire un conte noir hitchcockien qui ait cette beauté flamboyante propre aux années 60. Jouer le contrepoint esthétique.

Cependant, il n’était pas question de faire un film « à la manière de… » et risquer de tomber dans le pastiche. L’idée était de m’essayer à un exercice de style qui irait puiser dans les « grandes références », pour voir ce qui pourrait en ressortir aujourd’hui, avec ma vision contemporaine de petit cinéaste belge. Avant et pendant le tournage, j’ai regardé en boucle des films de Douglas Sirk, d’Alfred Hitchcock et de David Lynch. Ce sont des cinéastes qui donnent envie, qui ne vous écrasent pas de leur génie, qui vous invitent à essayer : avec mon équipe, on a donc essayé…

Comment s’est passé le travail avec vos actrices, toutes deux encensées ?

Le film raconte l’affrontement entre deux femmes, entre deux mères, entre deux meilleures amies. Le personnage d’Alice est mentalement fébrile ; celui de Céline a une force de volonté hors-norme. Pour les incarner, il me fallait, en effet, deux actrices qui aient du « coffre ». Je suis très fier, en tant que cinéaste belge, d’avoir pu collaborer avec deux comédiennes qui sont pour moi parmi les meilleures du pays : Veerle Baetens et Anne Coesens. Elles se sont données corps et âme à leurs personnages et je suis très satisfait du résultat.

Est-il plus difficile d’adapter un roman ou est-ce plus créatif ?

Est-ce qu’adapter un roman est plus facile qu’écrire un scénario original ? Oui et non. Il est vrai que, dans le cas d’une adaptation, on ne part pas d’une feuille blanche : on a déjà une trame narrative existante, avec des psychologies de personnages déjà établies. Mais bien adapter, c’est arriver à bien transposer une histoire d’un media à un autre. Autrement dit, pour réussir son adaptation, il faut pouvoir « trahir » le livre. Et ça, c’est dur à travailler. Dans le cas de Duelles, c’est ce qu’on appelle, dans le jargon, une « adaptation libre » car j’ai pris beaucoup libertés par rapport au roman. Il fallait que je m’approprie l’histoire de Barbara Abel, que je la fasse mienne. Et je remercie encore l’auteur d’avoir eu l’intelligence de le comprendre.

Pensez-vous que l’instinct maternel est le plus redoutable ?

Pour moi, l’instinct maternel est comme un « super-pouvoir ». Mon dernier film pour le cinéma avant celui-ci, Illégal, racontait l’odyssée d’une mère courage, immigrée clandestine, qui essaie de retrouver son fils resté « prisonnier » à l’extérieur au moment de son incarcération à elle, après qu’elle a été arrêtée et placée dans un centre de rétention belge. Dans ce film, j’ai essayé d’explorer la face positive de ce « super-pouvoir ». Dans Duelles, j’ai essayé d’en explorer la face sombre.

Propos recueillis par Vassilis ECONOMOU



Source partenaire : Cineuropa



 

Publicité

Laisser un commentaire

Vidéos Avignon OFF 2019 : les compagnies parlent de leurs spectacles !

affiche le phèdre éternelle festival avignon off 2019affiche les travailleurs de la mer festival avignon off 2019Affiche UN CHAMP DE FOIRE festival avignon off 2019affiche faut-il tout dire dans un couple avignon off 2019affiche spectacle le crepuscule avec John Arnold et Philippe Girard festival off avignon 2019affiche spectacle marjorie falusi en folie festival d'avignon off 2019affiche spectacle kosh festival off avignon 2019affiche spectacle les échos ruraux festival off d'avignon 2019affiche spectacle building festival off d'avignon 2019affiche spectacle penetrator festival off d'avignon 2019affiche spectacle j'arriverai par l'ascenseur de 22h43 festival off avignon 2019affiche spectacle Fushigi festival off avignon 2019affiche spectacle en panne au festival off d'avignon 2019affiche spectacle un week-end sur deux au festival off d'avignon 2019

Soutenez le Mag’

100% indépendant, gratuit et sans abonnement ! Soutenez votre journal !

Restez informé !

Facebook