Espagne – La réalisatrice et scénariste Josefina Molina reçoit le prix national de cinéma 2019

Espagne – La réalisatrice et scénariste Josefina Molina reçoit le prix national de cinéma 2019
Publicité

Première femme espagnole à avoir été diplômée comme réalisatrice à l’École nationale de cinéma, Josefina Molina vient d’être couronnée du prestigieux Prix national de la cinématographie 2019. Le jury a reconnu en l’artiste « une pionnière du cinéma espagnol » ainsi qu’une « référence pour de nombreuses générations de cinéastes présents et futurs ».

Josefina Molina (crédits Montserrat Boix)Née en 1936 à Cordoue, en Andalousie, Josefina Molina Reig est une réalisatrice, scénariste et metteure en scène de théâtre. Elle a réalisé des films aussi bien pour le cinéma que pour la télévision. Elle est la première femme espagnole à obtenir le diplôme de directrice-réalisatrice à l’École officielle de cinématographie.

Elle réalise son premier long-métrage, un film appartenant au genre fantastique, en 1973 : Vera, un cuento cruel (“Vera, un conte cruel”). Pour le petit écran, on lui doit notamment la série Teresa de Jesús (1984).

En 1988, elle réunit les acteurs Fernando Fernán Gómez, Adolfo Marsillach et Concha Velasco pour réaliser le drame historique Esquilache du nom du marquis et secrétaire des finances du roi Charles III, qui provoqua la révolte en 1766 , à partir de la pièce de théâtre du dramaturge Antonio Buero Vallejo (1916-2000) : Un soñador para un pueblo (“Un rêveur pour un peuple”). Ce film lui vaut deux nominations aux Goya, l’équivalent espagnol des César, comme meilleure réalisatrice et meilleure adaptation.

Une femme engagée

En 2006, avec des réalisatrices telles que Chus Gutiérrez, Isabel Coixet, Inés París et Icíar Bollaín, elle fonde l’Association de femmes cinéastes et de l’audiovisuel (CIMA).

Depuis le début des années 2000, les récompenses ne cessent de pleuvoir pour cette femme hors du commun : l’Académie de télévision espagnole lui a décerné le prix Toda una vida (“Toute une vie”) en 2003, tandis que le Conseil des ministres lui a remis, trois ans plus tard, la médaille d’or du mérite pour les Beaux-Arts. En 2012, elle a également reçu le prix Goya d’Honneur.

« Son regard libre et sans préjugé a été essentiel pour comprendre la situation de la femme durant les années de transition et la consolidation de la démocratie, a expliqué le jury du Prix national de la cinématographie. Comme réalisatrice et professeure pour quantité de cinéastes, son travail démontre un engagement personnel en faveur d’une plus grande représentation des femmes dans l’industrie cinématographique. […] Molina a évoqué de manière courageuse l’avant-garde, l’autofiction et le classicisme dans son œuvre. »

Le « Premio Nacional de la Cinematografía », décerné par l’Institut de la cinématographie et des arts audiovisuels (ICAA), organisme rattaché au ministère de la culture et des sports, est doté de 30 000 euros.

Lola RAMIRO
Correspondante Espagne
.



Crédits photographiques : Montserrat Boix 



 

Newsletter

Publicité

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.