Select Page

« Et mon cœur transparent » : un vrai-faux film noir

« Et mon cœur transparent » : un vrai-faux film noir
Advertisement

Lancelot Rubinstein (Julien Boisselier) vient de perdre sa femme. Sa voiture a fait une sortie de route et est allée se noyer dans un lac de retenue. Il avait rencontré Irina (Caterina Murino) quelques années plus tôt et avait tout quitté pour vivre avec elle dans une maison isolée au bord de la Méditerranée.

Mais, au fur et à mesure que l’enquête policière tente d’éclaircir les circonstances de sa mort, Lancelot va découvrir des pans cachés de la vie d’Irina.

Possibilité d’un film noir en pleine lumière ?

David et Raphaël Vital-Durand, Et mon cœur transparent, avec Julien Boisselier, Caterina Murino (affiche)Et mon cœur transparent est un morceau d’un vers célèbre de Paul Verlaine. C’est aussi le titre du roman de Véronique Ovaldé sorti en 2008, qui lui valut la reconnaissance du public et de la critique. C’est une histoire telle que l’affectionnait le film noir des années 40 ou 50, à la frontière du polar et du drame, façon Assurance sur la mort, Le Faucon maltais ou Laura : une femme fatale, un héros aveuglé par l’amour, une intrigue à tiroirs.

De telles références sont écrasantes. Et, évidemment, le film des frères Vital-Durand ne se hisse pas à ce niveau. Mais ils ne sont pas à blâmer. Leur film montre caricaturalement combien les intrigues des années 40 sont devenus « infilmables » aujourd’hui.

La faute d’abord à la lumière. Le film noir avait son identité visuelle, ses noirs et blancs très contrastés, ses éclairages expressionnistes… Et mon cœur transparent a le défaut d’être en couleur et de baigner dans la lumière solaire de la Corse – et dans ses sublimes paysages.

Genre ancien, ironie moderne

La faute ensuite au registre ironique sinon absurde qu’emprunte volontiers Et mon cœur transparent qui ne réussit pas à rester dans les codes du film noir. Il ne se prend jamais vraiment au sérieux et ressent le besoin de s’évader, de s’aérer, par exemple avec Sara Giraudeau, parfaite dans le rôle d’une cruche écervelée avec socquettes et col Claudine.

Et mon cœur transparent a un dernier défaut plus rédhibitoire encore. C’est son interprète principal, Julien Boisselier, que j’apprécie beaucoup depuis que je l’ai découvert aux côtés de Julie Gayet, au début des années 2000, dans Clara et moi. Cet acteur a un charme fou, une ironie subtile, une fragilité attendrissante… bref, un jeu beaucoup trop moderne pour incarner le héros d’un film noir façon Humphrey Bogart ou Edward G. Robinson.

Tony PARODI

 



David et Raphaël Vital-Durand, Et mon cœur transparent, France, 2018, 86mn

  • Sortie : 16 mai 2018
  • Genre : drame
  • Classification : tous publics
  • Avec Julien Boisselier, Caterina Murino, Sara Giraudeau, Serge Riaboukine, Magaly Berdy, Michel Bompoil, Michel Ferracci, Jean-Pierre Lafranchi, Julie Marboeuf, Kelly Da Costa.
  • Scénario : Stéphane Miquel, à partir du roman de Véronique Ovaldé
  • Image : Jérôme Robert
  • Musique : Erwan Coïc
  • Distribution : Destiny Films

En savoir plus sur le film avec CCSF : Et mon cœur transparent

David et Raphaël Vital-Durand, Et mon cœur transparent, avec Serge Riaboukine



Découvrir toutes nos critiques de films



Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

Nous soutenons …

affiche barcelone en scene à paris theatreaffiche Quand on sait