Select Page

Ettore Scola, le grand maître du cinéma italien, est mort (1931-2016)

Ettore Scola, le grand maître du cinéma italien, est mort (1931-2016)
Advertisement

(AFP) – Le réalisateur Ettore Scola, l’un des derniers grands maîtres du cinéma italien, à qui l’on doit des chefs-d’œuvre comme Une journée particulière ou Nous nous sommes tant aimés, est mort mardi à Rome à l’âge de 84 ans. Des hommes ont été rendus par toute la communauté cinématographique.

Selon les médias italiens citant des sources hospitalières, le « maestro » avait été admis au service de chirurgie cardiaque de la polyclinique de Rome, l’un des plus grands hôpitaux de la capitale italienne. Selon ces mêmes sources, le réalisateur était dans le coma depuis dimanche.

Ettore Scola, était l’un des derniers grands maîtres de la comédie italienne, réalisateur de chefs-d’oeuvre inoubliables mettant en scène Marcello Mastroianni, Sophia Loren, Vittorio Gassman ou Nino Manfredi.

Les réactions ont très vite afflué après la mort de celui qui avait su si bien raconter l’Italie pendant près d’un demi-siècle, des années fascistes à celles des débuts du XXIe siècle.

Le chef du gouvernement italien Matteo Renzi a aussitôt fait part de sa tristesse après la mort de ce « maître dans l’art d’observer avec acuité l’Italie, sa société et ses changements ».

Le ministre italien de la Culture, Dario Franceschini, a salué sur Twitter un « grand maître, un homme extraordinaire, resté jeune jusqu’au dernier jour de sa vie ».

L’actrice Stefania Sandrelli, qui lui a offert l’un de ses plus grands films avec Nous nous sommes tant aimés en 1974, a fait part de son immense tristesse. « Si je devais choisir un mot entre tous, ce serait +nous+. Il m’a transmis la magie de faire les choses ensemble et quelles choses nous avons fait ensemble, quels films ! », a-t-elle réagi avec émotion.

« Ciao Ettore, nous t’avons tant aimé », a lancé sur Twitter l’acteur Alessandro Gassman, fils de Vittorio avec qui Scola a tourné plusieurs de ses chefs-d’oeuvre.

Né le 10 mai 1931 à Trevico en Campanie (sud-ouest), Ettore Scola commence à écrire des scénarios dans les années cinquante avant de passer de l’autre côté de la caméra en 1964 avec son premier film Si vous permettez, parlons de femmes. Il met alors en scène les plus grands acteurs de l’époque, Gassman, Mastroianni et Manfredi.

L’un des ses films les plus importants viendra dix ans plus tard avec Nous nous sommes tant aimés, qui met en scène Manfredi, Gassman et Stefano Satta Flores, tous amoureux de la sublime Stefania Sandrelli.

Trois ans plus tard, en 1977, il réalise Une journée particulière, film plus politique et d’une extraordinaire sensibilité où l’on suit Marcello Mastroianni et Sophia Loren, se découvrant l’un l’autre dans un amour naissant mais impossible, sur fond de fascisme triomphant.

La scène où ces deux immenses acteurs se déplacent entre les draps qui sèchent au soleil sur la terrasse du « palazzo » romain où ils sont restés seuls, est l’une des plus belles scènes du cinéma italien, selon le critique cinématographique Francesco Castelnuovo. « Elle influence encore de jeunes réalisateurs », a-t-il assuré, interrogé sur la chaîne SkyTG24.

Ettore Scola était aussi le plus « politique » des maîtres de la comédie italienne, a commenté de son côté le critique de cinéma du quotidien Corriere della Sera, Paolo Mereghetti, sur cette même chaîne de télévision.

Ettore Scola avait rejoint le Parti communiste italien (PCI) et deviendra même ministre de la Culture d’un cabinet fantôme formé en 1989 par les dirigeants communistes italiens.

« Il comprenait où allait l’Italie et peu de cinéastes ont eu cette lucidité », a ajouté M. Mereghetti.

C’était aussi un « peintre » remarquable de la famille italienne, son grand sujet, qu’elle soit bourgeoise dans La famille en 1987 ou sordide avec Affreux, sales et méchants en 1976, selon M. Castelnuovo.

Mais son dernier hommage sera consacré à un autre grand maître du cinéma italien, Federico Fellini, dans un documentaire en 2013 : Comme c’est étrange de s’appeler Federico.

Ses deux filles Paola et Silvia avaient, de leur côté, réalisé en 2015 un documentaire sur leur père intitulé En riant et en plaisantant.

Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

R.O.C & Folk

dessin coupe du monde footballdessin_roc_johnny_heritage