fbpx

Sélectionner une page

Festival Off d’Avignon : vers l’interdiction de tout affichage ?

Festival Off d’Avignon : vers l’interdiction de tout affichage ?
Publicité

Le Off se dirige-t-il vers l’interdiction de tout affichage, voire du tractage, à Avignon ?  L’idée fait de plus en plus son chemin au sein de la communauté des artistes. Les participants à la réunion de travail organisée hier sur le sujet par l’association Avignon Festival & Compagnies (AF&C) dans le Village du Off semblent aller en ce sens, au nom de l’écologie et de l’équité sociale. Explications.

3 juillet 2019, à 10 heures. Top départ de l’affichage, du moins officiellement. Car les compagnies qui obéissent à la législation et à l’arrêté de la mairie découvrent stupéfaites que la ville, notamment les lieux les plus passants, a déjà été recouverte d’affiches – y compris les emplacements interdits tels que les arbres ou les panneaux de signalisation.

Le jeu d’Avignon

En cause notamment, mais pas uniquement, les grosses sociétés de production qui alignent massivement une quarantaine d’affiches, sans se soucier des autres. Surgissent ici et là querelles et autres échanges vifs, certains reprochant de ne pas être dans une démarche respectueuse, les autres leur rétorquant que « c’est le jeu d’Avignon ».

Le « jeu d’Avignon » ? Tous ces beaux et gentils artistes, qui défendent évidemment de nobles causes, qui se posent parfois comme la suprême caution morale (moralisante) de notre pays, se retrouvent à se battre comme de vieilles mégères, vaincues par l’esprit de compétition, de concurrence, donc d’écrasement.

Faut-il maintenir l’affichage dans de telles conditions ? Faut-il prolonger un système de communication prédateur ? Faut-il, plus profondément, poursuivre cette débauche de papier qu’une caresse du mistral balaye soudain dans les rues, les caniveaux, jusque dans le Rhône, ainsi que nous avons pu le constater ?

Autant de questions soumises à la réunion de travail ouverte à tous proposée par AF&C, dans le bel esprit de coopération et de coconstruction qui anime l’association depuis quelques années. D’entrée de jeu, Ronan Rivière, membre du conseil d’administration de l’association en charge de la médiation de l’atelier, énonce trois pistes de réflexion à l’étude, afin d’intensifier la démarche écoresponsable.

1. Imposer le pack écologique à toutes les compagnies ?

Le pack écologique, lancé il y a deux ans, consiste en deux cents affiches et dix mille tracts en matière recyclée et recyclable. Ce service mutualisé est proposé et coordonné par l’association Avignon Festival & Compagnies. Cette première piste de réflexion a été pensée sur la base d’un constat : « Nous avons pu observer que les compagnies qui ne passent pas par nos services impriment beaucoup plus », explique Ronan Rivière.

Les fameuses grosses productions n’hésitent en effet pas à imprimer des centaines d’affiches supplémentaires, à la dimension écologique incertaine, afin d’occuper l’espace public, écrasant ainsi partiellement toute concurrence. « Il y a énormément de perte, sans qu’on sache vraiment à quoi ça sert, s’exclame Caroline Vidal, de la compagnie Rêve d’un soir. On a un peu l’impression d’une injustice quant aux moyens déployés par les compagnies : certaines inondent la ville avec une quantité d’affiches invraisemblables. On a l’impression de se battre pour des places. Quand on parvient à poser dix affiches, on s’aperçoit une heure après qu’elles ont été retirées. »

À entendre les différentes interventions, un manque d’équité fragiliserait les plus petites structures, a fortiori celles qui ne comptent qu’un ou deux artistes sur scène. Des énoncés contradictoires sont néanmoins inconsciemment formulés par les personnes présentes à cette réunion de travail : deux d’entre elles disent qu’elles n’ont pas affiché les premiers jours et qu’elles n’ont pas vu la différence, tandis que d’autres accusent l’affichage intensif qui détruit les petits spectacles. Il est difficile de trancher pareille question tant que nous ne disposerons d’aucune étude sérieuse permettant de savoir l’impact de l’affichage sur la venue des publics.

Le constat d’une injustice est partagé par Kamel Zouaoui, fondateur de la compagnie Les Fils de Zouave, qui participe au Off depuis une dizaine d’années. Il a cette année fait le choix de mutualiser les moyens pour assumer financièrement les cinq spectacles qu’il propose à Avignon, mais une telle mesure ne suffit pas, ne suffit plus. « Je suis très triste, heurté de voir certaines productions dépensant énormément d’argent, au point que je me dis que je ne reviendrai pas l’année prochaine. Qu’il y ait de grosses productions à Paris, d’accord, mais à Avignon ? Elles déballent une trop grande richesse, contre laquelle on ne peut pas lutter. » En face de ce « manque terrible de respect du travail des autres », Kamel Zouaoui propose un affichage par le numérique.

Pauline Remond, membre la compagnie Les Rivages et qui vient au Off depuis quatre ans, raconte une technique de margoulins dont elle a été le témoin : « Il y a des afficheurs qui travaillent de concert : l’un retire une affiche, son comparse arrive deux minutes après pour poser la sienne, prétextant que l’endroit est libre. »

Le pack écologique suffirait-il à enrayer cette déloyale mise en concurrence ? Pour Pauline Remond comme pour Laurent, adhérent au mouvement des Sentinelles, la réponse est clairement négative. Ce dernier fonde sa réponse sur le principe de la psychologie des foules : mille personnes ne peuvent être responsabilisées au même titre ; il en existera toujours pour déroger aux règles, ce qui ne manquera pas de générer une nouvelle anarchie. Le principe de réalité imposerait une évidence : il n’existe aucune régulation possible dès lors que l’affichage est autorisé pour les compagnies, la preuve étant que les visuels sont accrochés partout (et jamais retirés), en dépit de l’arrêté légal.

2. Laisser aux seuls théâtres ou à la ville la responsabilité d’un affichage respectueux ?

C’est pourquoi deux autres pistes de réflexion sont à l’étude : devrait-on laisser aux seuls théâtres, voire à la ville, la responsabilité d’un affichage respectueux ? Une telle solution permettrait de créer un goulot d’étranglement beaucoup plus fort, puisque l’affichage ne serait pas anarchiquement remis à la responsabilité de milliers d’artistes, mais à celle – plus facile à coordonner – des quelque cent-dix théâtres que compte Avignon en juillet.

Cette méthodologie de déposséder les compagnies de l’affichage pour le confier à des structures en place est notamment celle privilégiée par le Fringe d’Edimbourg : l’événement écossais propose ainsi des panneaux thématiques aux spectateurs, afin qu’ils puissent se repérer, sans qu’aucune compagnie ne pâtisse d’une quelconque mise en concurrence.

Cette idée n’a cependant guère fait l’objet de débat, l’urgence écologique orientant la discussion vers la troisième et dernière proposition énoncée par Ronan Rivière.

3. Arrêter totalement l’affichage ?

Cette ultime piste de réflexion a emporté l’adhésion de la quasi-totalité des compagnies présentes qui ont en vue, non seulement l’équité sociale, mais encore l’écologie.

Il y a trois ans, le conseil d’administration d’AF&C votait l’arrêt de l’affichage, décision qui n’eut aucune répercussion pratique. Il y eut tout d’abord les réticences du maire d’Avignon, Cécile Helle, qui mit en garde contre l’arrêt de ce qu’elle appelait « un folklore ». Il est certain que, pour beaucoup de festivaliers, l’affichage participe du charme de la ville en fête. Lors d’un petit sondage réalisé à la sortie auprès de quelques festivaliers, essentiellement Avignonnais, la réaction a été unanime : les affiches font le festival depuis toujours, elles appartiennent à l’imaginaire populaire, elles créent un esprit de fête… Pas un seul n’a défendu la mesure. En revanche, nombre d’entre eux ont remis en cause les méthodes de tractage, particulièrement invasifs.

Nikson Pitaqaj, vice-président d’AF&C représentant les compagnies, corrobore ces différentes raisons : « Lorsque j’ai voyagé en France à la rencontre des compagnies, une grande majorité d’entre elles ont manifesté une opposition totale à cette idée. Et en 2016, quand j’ai décidé de ne pas afficher, j’ai eu plus de reproches que de compliments de la part du public. » Entre un maire dubitatif, des compagnies en désaccord et un public opposé, il devient difficile de maintenir l’arrêt de l’affichage.

En dépit de toutes ces oppositions, certains parlent d’imposer l’interdiction de l’affichage, au nom d’un principe supérieur : le respect de l’environnement. « C’est une aberration écologique, appuie un régisseur présent. Les affiches s’envolent et finissent dans les cours d’eau. Même le tractage est aberrant. C’est du plastique distribué toute la journée. On ne pourra jamais contrôler la qualité de tous les matériaux. Il y a une urgence écologique. Nous ne pouvons discuter plus longtemps : il faut tout arrêter au plus vite. »

Des préconisations politiques…

L’arrêt de tout affichage, voire de tout tractage, semble faire l’unanimité dans la vingtaine de personnes présentes. Mais les artistes sont in fine peu nombreux à être concrètement préoccupés par ce questionnement, à être décidés à faire bouger les lignes, en témoigne le peu de personnes présentes alors qu’AF&C ne cesse d’inviter chacun à prendre part aux discussions, pour construire ensemble le Off de demain. Comment amener les autres à évoluer ?

Pour Franck de Bourgogne, acteur-militant du Off depuis près de vingt-ans (notamment sur le respect des relâches qui relèvent selon lui de « l’écologie sociale »), la réponse est clairement politique : « C’est une question de gouvernance. L’écologie, c’est l’urgence absolue et indiscutable. Ça l’emporte sur tout ! Cela ne devrait même pas être un débat. Aujourd’hui, dans le programme papier, tout le monde a le même emplacement. Il faut que ce soit étendu à toutes choses, à l’affichage et au tractage. Ce n’est pas simple à mettre en place, mais c’est précisément l’enjeu de la gouvernance. »

Franck de Bourgogne privilégie la manière forte, la voie coercitive : mettre en place une réunion annuelle et obligatoire sur toutes ces questions, afin de bien rappeler les règles à toutes les compagnies. Nikson Pitaqaj propose quant à lui un sondage ou une pétition qui montrerait le changement de paradigme sociétal, la condition étant qu’un minimum « de trois ou quatre cents compagnies » signent l’appel à arrêter tout affichage.

aux propositions créatives et artistiques

D’autres solutions, plus créatives, sont alors énoncées pour remplacer l’affichage. Franck de Bourgogne parle notamment et non sans humour de remplacer les tracts par des produits… comestibles. Une fois que le chaland a lu et noté l’information, il peut la digérer au sens propre !

Véronique Boutonnet, directrice artistique de la compagnie Les Âmes Libres et membre du conseil d’administration des Sentinelles, imagine une solution innovante qui permettrait de rendre la rue aux artistes : « On devrait par exemple dédier des zones créatives et éphémères, confiées aux artistes, selon les quartiers : une zone théâtre contemporain, une zone stand up, une autre jeune public… Cela peut être des dessins, des choses projetées, etc. » La rue elle-même deviendrait ainsi un spectacle original à part entière, sans agression visuelle ni surenchère mercantile.

Une ultime proposition émerge avant la fin de la réunion, afin de remplacer le tract : la remise d’un petit carnet à tous les spectateurs qui prennent le programme, afin qu’ils y notent les spectacles qu’on leur présente dans la rue. L’un ou l’autre parle également de tampon à poser sur le carnet.

L’arrêt du tract nous semble avoir par ailleurs un double intérêt : un joli carnet laisse toujours un souvenir à ceux qui veulent vivre « l’expérience d’Avignon », selon le mot de Pierre Beffeyte ; plus encore, l’arrêt des tracts pourrait permettre d’en finir avec ces hordes de jeunes payés une bouchée de bain ou d’amis, qui débitent leur leçon stéréotypée à des personnes en quête d’art et de créativité. Ils pourraient évidemment resurgir sous d’autres formes, mais nous pourrions aussi espérer le renouveau de ces sympathiques et originales présentations de rue qui faisaient la joie des festivaliers il y a encore peu de temps.

Les différentes propositions et pistes de réflexion esquissées risquent quoi qu’il en soit de faire l’objet de nombreuses discussions à venir, au sein du conseil d’administration d’AF&C comme lors de la prochaine assemblée générale qui réunit chaque année à l’automne toutes les structures adhérentes (seulement deux cent dix compagnies sur les mille présentes à Avignon en 2019) à l’association.

Pierre MONASTIER



Crédits photographiques : Pierre Monastier



 

Publicité

3 commentaires

  1. Évidemment qu’il faut interdire l’affichage ! C’est cher et déloyal surtout avec les prestataires qui n’ont aucun respect pour le travail que l’on fait et dégagent eux mêmes les emplacements.
    Mais ils ne le feront pas ils préfèreront nous imposer leur pack écologique pour gagner encore plus d’argent. Comptez : 350 euros par spectacle payés par chaque compagnie pour leur petit encart dans le journal du off, 15 euros par carte off public pour obtenir des réductions dans les théâtres dont pas un euro n’est reversé aux théâtres qui sont obligés de faire des réductions de 33% et à presque tout le monde, et maintenant le pack eco près de 250 euros par personne pour nous priver du choix de nos imprimeurs et ponctionner une clientèle captive ! Cela fait 8 ans que je fais le festival et tout ce qu’AF&C a pu nous proposer ce sont des boissons gratuites entre 18h et 20h uniquement.
    Supprimer l’affichage fera économiser aux compagnies (les tracts sont moins chers) mais pas à AF&C qui n’en a jamais assez.

  2. @JB Sieuw – Vous dites vraiment n’importe quoi sur AF&C ! Le pack écologique ne rapporte strictement rien à l’association : il est le moins cher trouvé en matière recyclé et recyclable (ils ont même lancé un appel pour qui connaîtrait moins cher en terme d’impression écologique). Si vous assistiez aux réunions de travail, si vous preniez le temps de travailler intelligemment avec l’ensemble des responsables, vous sauriez ce que fait AF&C. Pour vous, cela se résume aux boissons gratuites ? Pour vous, AF&C n’en a jamais assez ? Foutaises ! Les comptes sont disponibles pour tous, consultez-les, cela vous évitera de dire ânerie sur ânerie.

    Tout sert au fonds de professionnalisation, sans parler du fonds aux auteurs et du fonds à l’émergence qui sont à l’étude. Jamais AF&C n’a autant fait au service des artistes ! Quant aux théâtres, entre ceux qui pratiquent les « droits de garde » et ceux qui affichent des tarifs de location qui ruinent chaque année des dizaines de compagnie, ils ne sont pas les plus à plaindre.

    Pour rappel, AF&C est une association dont le CA compte dix-huit membres : neuf élus par les compagnies, neuf élus par les théâtres. C’est dans la coconstruction que les décisions sont prises, afin que les deux parties avancent ensemble. Donc au lieu de critiquer gratuitement, bêtement, sans savoir, adhérez à l’association si ce n’est pas déjà fait et – surtout – prenez part aux discussions pour rendre le festival encore plus beau et juste.

  3. C’est tout le OFF qu’il faut repenser. 1600 spectacles? Toutes ces affiches, ces tracts, ce papier… C’est une folie !

Laisser un commentaire

Soutenez le Mag’

100% indépendant, gratuit et sans abonnement ! Soutenez votre journal !

Restez informé !