Select Page

« Gelsomina » : Marie-Joséphine Susini s’empare des mots et des cœurs

« Gelsomina » : Marie-Joséphine Susini s’empare des mots et des cœurs
Advertisement

Marie-Joséphine Susini nous entraîne sur les routes d’Italie, dans les pas de Gelsomina, reprenant le texte de Pierrette Dupoyet. Cette petite fille vendue par sa mère à un saltimbanque, Zampano, contre quelques lires et la promesse d’apprendre un métier à sa fille. À voir à l’Espace Alya, au cœur d’Avignon Off, jusqu’au 29 juillet, puis – nous l’espérons – en tournée.

Sur une scène, la lumière s’allume sur un éclairage et un décor sobres : une botte de paille, une cape noire posée dessus et un rideau blanc qui s’éternise par terre et puis, Marie-Joséphine Susini. Dans ses yeux brille l’éclat de la naïveté de cette enfant si jeune, un peu rêveuse et si dévouée.

Une interrogation… Comment notre comédienne arrivera-t-elle, seule sur scène, à interpréter la jeune Julietta Massina, muette dans le film La Strada de Federico Fellini ?

Marie-Joséphine Susini y répond tout au long du spectacle, jouant tour à tour Gelsomina, reprenant les mots de sa mère, de Zampano et ceux, simples et puissants, du « Fou ». Elle n’est plus muette, elle est bavarde… Bavarde de ses émotions, de ses sentiments, de tristesse, de joie, en découvrant le monde loin de son village.

Elle commence par nous raconter son départ, ses adieux rapides, les mots de sa mère pour la convaincre de suivre cet étranger. Elle nous entraîne sur les routes de village en village pour assister Zampano, montrer son spectacle de force, de briseur de chaîne.

On la suit, on la voit grandir, s’interroger, rêver à une jolie vie auprès de son tuteur.

Mais comment s’épanouir dans l’indifférence ? Et puis, le public a peur… Zampano finira-t-il par sa force et son mépris à briser aussi Gelsomina ?

Une rencontre suscite un espoir. La rencontre avec ce « Fou », ce funambule qui côtoie les oiseaux et les étoiles, qui lui explique que toute vie, toute présence sur terre a son importance, si infime et si dérisoire qu’elle puisse paraître.

Marie-Joséphine Susini est émouvante, elle n’habite pas son personnage : elle est Gelsomina. Elle vous prend par la main, s’empare de votre cœur et ne le lâche plus jusqu’aux applaudissements hésitants. Car cela signifie que vous allez devoir sortir, laisser ici, dans cette salle, cette jeune fille avec son innocence et sa fraîcheur que rien ni personne ne saura ébranler, protégée par son ange-gardien, par son « Fou ».

Marie-Claire HERRIAU

 



  • Durée : 1h
  • Public : à partir de 14 ans
  • Texte : Pierrette Dupoyet
  • Mise en scène : Marie-Joséphine Susini
  • Avec Marie-Joséphine Susini
  • Scénographie : Patricia Couprie
  • Lumières : Paul Sciaca
  • Compagnie : Ecl’adam
  • Diffusion : eclam -@- yahoo.fr et 06 74 08 54 89

Crédits de toutes les photographies : DR

En téléchargement
  • Aucun document disponible
Tournée

– 6-29 juillet 2018 : Espace Alya – Avignon Off à 16h05



Découvrir toutes nos critiques de spectacles



 

Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

Nous soutenons …

affiche barcelone en scene à paris theatreaffiche Quand on sait