« Pour une libération de l’occupation financière et culturelle, au service de la fraternité ! » Telle pourrait être la formule résumant la pensée du candidat à l’élection présidentielle, Jacques Cheminade, lors de sa conclusion du débat télévisé. Au terme de ces 4h de discussion, si Marine Le Pen a fait une brève allusion à la culture, seul Jacques Cheminade a réellement pris le temps d’en parler sur les onze candidats présents.

Disons-le d’emblée, malgré l’enthousiasme de Jacques Cheminade, cette conclusion n’est pas d’une immense clarté : dénonciation financière, libération culturelle, discussion sociale et fraternité sont mêlées en quelque deux minutes, sans que les liens entre chacune de ces thématiques apparaissent comme une évidence. Nous vous en laissons juge…

« Qu’on rétablisse l’estime de soi chez les Français et les Françaises, pas la peur de mal faire, l’estime de soi. Et cette estime de soi, c’est une grande politique culturelle : redonner l’art et la science au peuple, ce que voulait Léo Lagrange, Jean Vilar. Il faut rétablir cet état d’esprit ; sans cela, je pense qu’on ne se battra pas comme il faut. »

« Alors, donner partout les moyens de découvrir des planétariums, des palais de la découverte, des musées de l’imaginaire où les grandes créations de l’art seront sous forme de reproduction à la portée de tous…

Il y aura une discussion sociale […] On l’a oublié : au début de la Révolution française, ça se passait dans les villages, dans les sociétés d’amis, ça se passait partout dans le pays, et c’était cela la fraternité. Nous devons retrouver cette fraternité-là, pour changer le cap. »