Select Page

La cigarette interdite au cinéma ou la bonne attitude néo-moralisatrice

La cigarette interdite au cinéma ou la bonne attitude néo-moralisatrice
Advertisement

Dans un rapport publié lundi, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) préconise d’interdire aux moins de 18 ans les films mettant en scène des fumeurs. Voilà que le tabac serait mis sur le même plan que les scènes d’extrême violence ou de pornographie. Une mesure qui n’est pas sans agacer notre chroniqueur Olivier Frettois qui signe, pour l’occasion, un billet d’humeur particulièrement grinçant.

On le sait depuis longtemps : le tabac, c’est le mal consensuel absolu contre lequel il est bien vu de se mobiliser. On n’a rien à perdre à mener un tel combat qui rapporte par ailleurs, à celui qui se lance dans cette croisade, un nombre considérable « d’indulgences plénières », ticket gagnant d’entrée au paradis laïque de la bonne attitude néo-moralisatrice.

Oui, le tabac nuit gravement à la santé, tout le monde le dit, les affiches dans les rues, les médias dans nos foyers, et ceux qui ne le disent pas – ou moins frénétiquement – n’en sont pas moins convaincus.

Mais l’OMS, que ferait-on si cette organisation n’existait pas ?, veut éradiquer encore plus ce mal absolu qui ravage nos cités.

Lucky LukeJe me rappelle encore, dans le monde de la bande dessinée qui a déjà été frappé par cette mesure, de ma surprise quand Lucky Luke, sous la pression de l’ordre moral, avait dû abandonner son mégot pour une paille. Ainsi disparaissait le fameux gag qui le voyait dégainer ses révolvers tandis qu’il roulait sa clope : il avait le temps de tirer, de rengainer et de reprendre son ouvrage où il l’avait laissé, sans que celui-ci n’ait eu le temps de choir.

Déjà, je m’étais un peu étonné du paradoxe : on laissait à Lucky Luke ses révolvers mais on remplaçait sa cigarette par un brin d’herbe.

Je suppose que, bientôt, les rééditions des albums Tintin verront le capitaine Hadock « casser sa pipe » !

Il m’a été raconté, à ma grande stupéfaction, qu’on avait, au cours d’une exposition, retiré la cigarette légendaire de la bouche de Jean-Paul Sartre sur ses photos.

L’OMS voudrait donc interdire au moins de 18 ans l’accès à un film dans lequel apparaissent des cigarettes.

En France, la lutte contre la promotion « déguisée » du tabac au cinéma est le cheval de bataille de la députée socialiste de la Gironde Michèle Delaunay, qui souhaite un débat parlementaire à ce sujet.

Fumer au cinéma 2

Audrey Hepburn.

À l’heure où le cinéma est de plus en plus violent, où les armes crachent la mort toutes les trois minutes, on peut en effet s’inquiéter pour la santé morale de nos enfants.

Quand ma fille de 15 ans était en seconde, au lycée, une sortie au théâtre fut organisée pour voir des hommes se masturber en public devant une jeune femme dénudée. C’était de l’art, paraît-il, et il eut été inconvenant, pour ne pas dire choquant, d’émettre la moindre interrogation sur la nécessité de la scène. Renseignement pris, heureusement, pendant qu’ils agitaient leurs queues, aucun des acteurs ne fumait, ouf !

Donc, bientôt, si une loi de ce genre passe, dans notre monde de liberté, tout sera permis, absolument tout, sauf le tabac.

Le tabac serait à ranger avec le racisme, l’homophobie et autres fléaux identifiés par l’ordre moral, dans les péchés capitaux de notre nouvelle civilisation, dont le cinéma n’est que le reflet, le théâtre d’ombre évocateur.

Il ne sera plus permis aux jeunes de voir des fictions réalistes sur Sartre, Camus, Coco Chanel, Churchill, De Gaulle, Gainsbourg, Georges Sand…

Ainsi le factice vertueux historique viendra-t-il maquiller la représentation de la réalité.

Il faut se méfier de la dangerosité que représente l’utilisation facile du gommage du réel au profit d’une image (médiocrement) idéalisée. C’est une pratique courante dans les états totalitaires.

Il ne faudrait pas que la lutte légitime contre le cancer transforme notre société en un système policier de censure. L’enfer étant pavé de bonnes intentions, c’est comme cela que, peu à peu, Big Brother s’installe dans la création artistique.

Olivier FRETTOIS

Jacques Tati.

Jacques Tati.

Marlène Dietrich dans "Ange".

Marlène Dietrich.

Fumer au cinéma 4

Jean-Paul Belmondo

Humphrey Bogart et Lauren Bacall.

Humphrey Bogart et Lauren Bacall.

Audrey Tautou.

Audrey Tautou.

Leonardo DiCaprio

Leonardo DiCaprio

 

Advertisement

2 Comments

  1. Bravo pour cette belle reconstitution de morceaux forts de cinéma, personnellement je n’ai jamais fumé et je suis très incommodée par l’odeur du tabac. J’apprécie l’interdiction de la clope dans lrrs mieux polices, mais sur un écran, la fumée ne me fait pas tousser, ne pique même pas les yeux et l’odeur ne s’imprègne pas sur mes vêtements !! C’est nul et comme je regrette cette censure ridicule. Les films comportent pour la plupart des scènes de guerre, de mort, de Q…, voire de torturés, de racisme, d’antisémitisme, le bel hommage à l’horrible histoire du jeune ILAN HALIMI (24 jours) comportait des scènes insoutenables mais nécessaires puisque vraies. Alors interdisons le cinéma ???? Débile…..

  2. Je pense que l’OMS a réglé tous les problèmes de santé dans le monde pour s’attaquer à ce détail. Donc bravo à l’OMS …. Vous pouvez maintenant vous occuper des buveurs de vin ou de bière au cinéma. C’est beaucoup trop violent et incitatif pour les jeunes…
    Michel

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

R.O.C & Folk

dessin coupe du monde footballdessin_roc_johnny_heritage