Select Page

« Lady Bird » : un coming of age movie attachant et… c’est tout.

« Lady Bird » : un coming of age movie attachant et… c’est tout.
Advertisement

Sacramento a beau être la capitale de la Californie, c’est une ville provinciale qui suinte l’ennui. Christine McPherson, dix-sept ans, ne supporte plus la vie qu’elle y mène et veut à tout prix intégrer une université sur la Côte Est. Mais sa mère possessive s’y refuse et son père, qui vient d’être licencié, craint de ne pas en avoir les moyens financiers.

★★☆☆

Honte, lassitude et colère contre elle-même et contre tous

Affiche de Lady Bird, film de Greta Gerwig, avec Saoirse RonanChristine – Saoirse Ronan, qui crevait l’écran dans Brooklyn – est en pétard contre elle-même et contre la terre entière. Elle n’aime pas son prénom et s’en est donné un autre : « Lady Bird ».

Elle a honte de ses parents et de leur maison trop banale située « du mauvais côté du rail », alors que ses amis habitent dans des résidences plus cossues. Elle ne supporte plus la discipline rigoureuse du lycée catholique où elle est scolarisée. Elle se lasse bien vite de l’atelier de théâtre où elle rencontrera pourtant son premier amoureux (Lucas Hedges déjà vu dans 3 Billboards et Manchester by the sea).

Elle ne supporte plus non plus sa meilleure amie dont elle s’éloigne pour ne pas être ridiculisée par son nouveau copain, le bassiste d’un boys band qui prend des poses de poète maudit (Timothée Chalamet nommé aux Oscars pour son rôle dans Call me by your name)

Lady Bird est le premier film de Greta Gerwig, une actrice qui s’est faite une réputation dans les films de son compagnon, Noah Baumbach, où elle campe une jeune femme un peu rêveuse, un peu bohème, qui se cherche une place dans la vie. D’ailleurs Lady Bird – qui est largement inspirée de la propre adolescence de Greta Gerwig, native de Sacramento – s’achève là où commence Mistress America ou Frances Ha dont l’héroïne entame des études à l’université à New York.

Lady Bird serait un film remarquable si…

Lady Bird serait un film remarquable s’il n’était pas précédé d’une réputation aussi élogieuse. Ses cinq nominations aux Oscars et ses deux Golden Globes (meilleure comédie et meilleure actrice) le desservent paradoxalement. Car on s’attend à un grand film, un film digne de figurer au panthéon des meilleurs.

Lady Bird est un film sympathique, attachant, charmant, sensible. C’est déjà beaucoup. Mais Lady Bird n’est pas un grand film.

Lady Bird ressemble aux dizaines, aux centaines de films qu’on a déjà vus sur le même sujet : le « coming of age » d’une adolescente tourmentée dans un environnement lénifiant. Les critiques soutiennent que Lady Bird se distingue de cet archétype usé jusqu’à la corde par je-ne-sais quelle magie. Je n’y ai pas été sensible.

J’y ai au contraire vu la reproduction des mêmes recettes : la meilleure amie obèse, la star du lycée qui roule en 4×4, le copain gay, le dépucelage décevant, etc. Sans doute l’ensemble est-il joliment troussé, bien joué et intelligemment amené. Mais rien qui justifie que Lady Bird figure au hit parade des meilleurs films de l’année.

Tony PARODI
.

 



Greta Gerwig, Lady Bird, États-Unis, 2017, 94mn

  • Sortie française : 28 février 2018
  • Genre : comédie dramatique
  • Classification : tous publics
  • Avec Saoirse Ronan, Lucas Hedges, Timothée Chalamet, Odeya Rush, Laurie Metcalf, Jake McDorman, Kathryn Newton, Laura Marano.
  • Distribution : Universal Picture International

En savoir plus avec notre partenaire CCSF : Lady Bird

Lady Bird, film de Greta Gerwig, avec Saoirse Ronan (bandeau)



Découvrir toutes nos critiques de films



Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

Nous soutenons …

affiche barcelone en scene à paris theatreaffiche Quand on sait