La dernière saison… Tel est le titre choisi par le Cirque Plume pour leur ultime spectacle avant fermeture. Après plus de trente années passées à bousculer les codes du cirque, la troupe s’apprête à faire son dernier tour de piste, sous la forme d’une vaste tournée qui se déroulera jusqu’en 2020. Le gigantesque chapiteau jaune ne parcourra alors plus le monde.

[avec AFP]

L’aventure commence en Franche-Comté. Deux frères, Bernard et Pierre Kudlak, créent en 1984 un cirque, avec l’aide de sept acolytes. Leur idée est simple : réunir « l’esprit de la fête, la politique, le rêve, la poésie, la musique et les corps, dans une envie fraternelle, non violente et populaire. On était tous des « prolos » qui ne venaient pas du milieu du cirque traditionnel, ce qui nous donnait une liberté totale. On n’était tenu par aucune norme, on a fait notre cirque à notre image », se souvient Pierre Kudlak, clown-musicien, toujours sur scène.

Un cirque sans animaux mais avec public

Au lieu de la traditionnelle piste circulaire, le Cirque Plume privilégie la scène frontale propre au théâtre, qui leur permet de déployer leur univers. Mais leur principale originalité est d’avoir remplacé les animaux par… des comédiens et autres acrobates zoomorphes ! C’est ainsi que le comédien Cyril Casmèze, fondateur de la compagnie du Singe Debout, s’est fait connaître, en interprétant un homme-chien dans le spectacle No Animo Mas Anima (1991), spectacle qui signa l’entrée du Cirque Plume dans la cour des grands.

Depuis sa création, la troupe a donné environ 2 500 représentations en France, en Europe et dans le monde. Elle a attiré plus de 2 millions de spectateurs. Les trois derniers spectacles – Plic Ploc (2004), L’atelier du peintre (2009) et Tempus Fugit (2013) – ont attiré entre 300 000 et 400 000 spectateurs chacun.

La dernière saison

La dernière saison propose une réflexion sur la nature, les saisons et la planète en danger. Sur une musique du compositeur Benoît Schick, danseurs et comédiens traversent les quatre saisons traditionnelles, ainsi qu’une cinquième, mystérieuse, fragile parce que susceptible d’être la dernière avant l’étouffement du monde sous le plastique et la pollution.

« Je voulais que ce spectacle soit un poème avec des lumières, l’ombre des branches d’arbre et les neiges de plumes. Un poème à partager, une dernière fois, explique le cocréateur de la compagnie, Bernard Kudlak. Même quand une mer de sacs plastiques dévale sur la scène, c’est encore beau ! »

Un petit tour et puis…

Les représentations de La dernière saison sont déjà programmées jusqu’en 2020, en France et à l’étranger. À la fin de la tournée, les frères Kudlak auront plus de 65 ans. Il sera alors temps pour eux de tirer leur révérence et de confier les archives de la compagnie à la Bibliothèque nationale de France à Paris.

Néanmoins, « la transmission est faite », assurent les frères Kudlak. « Il restera une trace de notre cirque, celle de l’envie de création transmise aux spectateurs et aux nombreux artistes français et étrangers qui ont participé à l’histoire du Cirque Plume ».

Pour connaître les prochaines dates : tournée du Cirque Plume.