Au cours du 70e festival de Cannes, le Centre grec du cinéma et le Centre national du cinéma (CNC) ont renouvelé leur convention visant à soutenir les coproductions franco-grecques (Aide à la Coproduction d’Œuvres Cinématographiques Franco-Grecques). Le GFC était représenté par Electra Venaki, directrice générale, et le CNC par Frédérique Bredin, président.

La convention initiale, signée en 2017, a profité à 21 longs métrages, actuellement à différentes phases de productions, ou terminé, comme Son of Sofia d’Elina Psykou ou Djam de Tony Gatlif. Le nouveau contrat a également une durée de trois ans et sera donc valide de 2017 à 2019.

Conditions et budget

Il comporte certaines conditions importantes visant à favoriser les coproducteurs grecs, particulièrement avec des films à petit budget. D’après les termes du contrat, les premiers ou deuxièmes films de réalisateurs émergents dont le budget s’élève à moins de 1,25 million d’euros recevront une aide financière publique pouvant excéder les 50 % du budget et aller jusqu’à 80 %.

Pour 2017, le budget total de la collaboration s’élève à 600 000 euros, dont 400 000 apportés par le CNC et 200 000 par le GFC. Le budget annuel sera revu pour 2018 et 2019 après un accord entre les deux parties.

Au-delà de l’aspect financier, le texte fait clairement état de la régulation interne qui va permettre « aux projets grecs de recevoir plus d’attention » , ce qui rend le contrat particulièrement important aux yeux des professionnels grecs. Les projets peuvent déjà être soumis ; le GFC et le CNC annonceront prochainement les informations nécessaires ainsi que les critères d’évaluation.

Candidatures

Les candidats peuvent désormais soumettre leur candidature pour l’Aide à la Coproduction d’Œuvres Cinématographiques Franco-Grecques du Centre grec du cinéma et du CNC. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 31 juillet. Chaque projet pourra bénéficier d’un montant d’aide maximum de 500 000 euros. Les longs métrages ne seront pas pénalisés en raison de leur genre, mais doivent être produits par au moins une société grecque et une française.

Rendez-vous sur le site du Centre grec du cinéma ou celui du Centre national du cinéma.

Source : Cineuropa