Après six mois de crise, l’Académie suédoise a finalement décidé de reporter le prix Nobel de littérature à 2019.

[Écho de la presse]

L’Académie suédoise a déclaré vendredi 4 mai qu’elle ne remettrait pas le prix Nobel de littérature en octobre prochain, et qu’elle en distribuerait deux en 2019. En Suède, les réactions à ce report sont globalement positives, l’Académie étant jugée incapable de se réformer assez vite pour rétablir la confiance d’ici l’automne, après une crise sans précédent.

Depuis novembre, l’Académie suédoise est en effet dans la tourmente. À l’origine du scandale : Jean-Claude Arnault, un homme puissant de la vie culturelle de Stockholm, marié à l’académicienne Katarina Frostenson, qui est accusé par 18 femmes de viols et harcèlements sexuels. Propriétaire avec sa femme d’un lieu dédié à la culture, il était subventionné par l’Académie jusqu’aux révélations.

Pour Svante Weyler, chef de la maison d’édition suédoise portant son nom, reporter le prix est une erreur. « Les Académiciens sous-estiment le problème en pensant qu’après la pause, tout sera comme avant, juge-t-elle. Le prix Nobel est bien plus important que l’Académie et ils auraient dû tout faire pour assurer la remise du prix, et régler leurs nombreux problèmes ensuite. »

Lire l’article complet d’Élodie Pradet sur le site de La Croix.