La publication au Journal officiel, vendredi dernier, de l’arrêté du 4 décembre 2019 portant délivrance du label « scène nationale » au théâtre du Beauvaisis situé à Beauvais fait entrer celui-ci dans une nouvelle dimension. C’était une promesse de l’ancienne ministre de la culture, Françoise Nyssen. Elle est désormais tenue.

L’attribution du label intervient alors que devrait s’ouvrir au printemps de l’année prochaine le nouveau bâtiment dédié au théâtre, dont le projet de construction décidé par la ville de Beauvais a été financièrement soutenu par la communauté d’agglomération du Beauvaisis, la région des Hauts-de-France, le département de l’Oise et l’État.

Dirigé par Xavier Croci, le théâtre du Beauvaisis développe un projet pluridisciplinaire en matière de spectacle vivant à travers une programmation destinée à tous les publics reflétant les tendances les plus actuelles de la création contemporaine et un soutien à la création, notamment par la présence d’artistes associés également engagés dans un programme d’actions artistiques et culturelles. Parmi les artistes associés figurent Alexandra Badea et Charlotte Lagrange.

Incarnant une vocation territoriale, le théâtre du Beauvaisis mène une politique de diffusion itinérante de ses actions en milieu rural avec les communes et les communautés de communes sur une grande partie de l’Ouest du département de l’Oise.

Pour sa direction et les collectivités locales qui le soutiennent, l’intégration du théâtre du Beauvaisis dans le réseau des scènes nationales lui permettra de répondre mieux encore aux besoins du territoire, d’amplifier ses capacités de soutien aux artistes et de multiplier et diversifier les propositions dans une volonté de toucher le plus grand nombre.

Pour cela, il pourra désormais bénéficier de subventions beaucoup plus substantielles qu’auparavant, lorsqu’il avait seulement le statut de scène conventionnée. Le passage de ce statut à celui de scène nationale permet en effet de multiplier par cinq (au moins) le montant des subventions attribuées par l’État au théâtre concerné, en les portant d’environ 100 000 euros à au moins 500 000 euros.

Dans l’Oise, les théâtres de Compiègne (Théâtre impérial) et Creil (La Faïencerie) sont également candidats, pour l’instant sans succès, à l’attribution du label « scène nationale ».

Frédéric DIEU

.