L’emploi intermittent dans le spectacle augmente encore en 2018, ce qui représente une hausse de près de 12 % en neuf ans. C’est ce qui ressort de l’étude statistique publiée récemment par Pôle Emploi. Voici ce qu’il faut en retenir en cinq chiffres clés !
.

1) 274 000 salariés

L’emploi des intermittents du spectacle concerne 274 000 salariés. Au cours de la seule dernière année, leur nombre a augmenté de 0,5 %. Par rapport à 2010, la hausse s’élève au total à 11,9 %.

Ils sont majoritairement des hommes (63,1 %), résident principalement en Île-de-France (42,2 %) et occupent essentiellement un emploi principal de type artistique (60,5 %).

Évolution de l'effectif salarié de 2010 à 2018

.
2) 4,4 millions de contrats de travail

4,4 millions de contrats de travail ont été exécutés au cours de l’année 2018, partagés à parts égales entre les emplois artistiques et techniques (respectivement 49,1 % et 50,9 %).

En moyenne, un salarié a effectué 16,2 contrats au cours de l’année 2018. Les techniciens effectuent en moyenne plus de contrats au cours de l’année que les artistes : 20,9 contre 13,2. Un quart d’entre eux ne réalise qu’un seul contrat au cours de l’année.

3) 2,4 milliards d’euros de masse salariale

La masse salariale versée au titre des contrats effectués en 2018 s’élève à 2,4 milliards d’euros. En un an, elle augmente de 0,8 %. Les emplois techniques concentrent 66 % de la masse salariale.

Les secteurs de l’audiovisuel constituent plus de la moitié de la masse salariale totale versée (54,8 %). Le secteur de la production audiovisuelle, cinéma, animation représente à lui seul 48,2 % de la masse salariale totale, alors qu’il ne représente « que » 36,5 % du volume total d’heures.

Réparition des salariés intermittents en 2018

.
4) 110 millions d’heures travaillées

Le volume d’heures travaillées au cours de l’année 2018 s’élève à 109,6 millions, dont 63,9 millions pour les emplois techniques et 45,7 millions pour les emplois artistiques, soit respectivement 58,3 % et 41,7 % du volume total d’heures.

Globalement, il augmente de 1,5 % en un an. Cette hausse est plus importante que celle observée pour la masse salariale (+0,8 %) et le volume de contrats (+0,4 %).

.
5) 109 000 employeurs

109 000 employeurs relèvent du champ d’application des annexes 8 et 10 de l’Assurance chômage (+1,2 % depuis 2017)

29 000 employeurs, soit 26,5 %, relèvent du périmètre des secteurs professionnels. Ils emploient 255 000 salariés intermittents au cours de l’année pour un total de 100,0 millions d’heures de travail effectuées, et 2,3 milliards d’euros de masse salariale soit 91,2 % du volume d’heures total, et 93,9 % de la masse salariale totale.

À l’inverse, le périmètre hors secteurs professionnels (GUSO) concentre les trois quarts des employeurs mais réalise moins de 10% de l’activité totale en termes d’heures travaillées ou de masse salariale.

Au cours de l’année 2018, les employeurs des secteurs professionnels emploient en moyenne 28,3 salariés, contre 4,1 salariés pour les employeurs hors secteurs professionnels. 44 % des employeurs des secteurs professionnels emploient 10 salariés intermittents du spectacle ou plus dans l’année, contre 8,4 % pour les employeurs hors secteurs professionnels.

Parmi les employeurs des secteurs professionnels, la branche du spectacle vivant (compagnies théâtrales ou chorégraphiques par exemple) est prédominante par rapport à l’audiovisuel en nombre d’employeurs (66,2%) et en volume d’heures travaillées (50,6%). En revanche, la situation inverse s’observe concernant la masse salariale, versée à 58,3% dans l’audiovisuel : chaînes de radio, télévision, production audiovisuelle, etc.

Clément MONNIER

.
En téléchargement : L’emploi intermittent dans le spectacle en 2018 (étude complète de Pôle Emploi en pdf)

.

En partenariat avec le Chèque intermittents
.

Logo Chèque intermittents Hénotes

.