La première tranche des travaux de réhabilitation de l’ancien site verrier de Meisenthal, en Moselle, est achevée. Une salle de concert ouvrant sur la halle verrière a été inaugurée le 19 octobre dernier. Ce nouvel équipement s’inscrit dans le projet global de développement du site.

Communiqué

Le samedi 19 octobre 2019, les habitants, les membres des associations œuvrant sur le territoire et les partenaires publics et privés du projet de réhabilitation du site se sont réunis sous la halle verrière de Meisenthal.

Emblématique d’une renaissance, et point d’orgue de la vie culturelle très active de la « vallée des mésanges », le chantier a atteint la fin de sa première tranche. Celle-ci consistait à construire une salle de concert biface ouvrant sur la halle verrière (avec un avant et un arrière, configurant une scène à destination de 750 personnes debout d’un côté ou de 3 000 personnes de l’autre), ainsi que les sous-sols et bureaux correspondant, et le lien avec deux maisons intitulées Les faux jumeaux, destinées à accueillir les fours et l’atelier de soufflage du Centre international des arts verriers (le CIAV).

Une partie du projet qui a permis au cabinet SO.IL de remporter le marché, en proposant un lien emblématique entre la halle verrière, le CIAV, le musée et leur entrée commune, la « nappe », a aussi été dévoilée.

Préserver l’histoire du lieu

D’impressionnants travaux ont donc débuté en avril 2018 et se sont achevés pratiquement à quelques heures de cette cérémonie.

Lors des travaux, la sirène rythmant le travail des ouvriers de l’usine installée dans la grande halle a été retrouvée dans les décombres. Sa remise en fonction durant la cérémonie, 50 ans après l’ultime sonnerie, a ému les personnes présentes, en rappelant que cette vallée a toujours été un lieu d’activité, d’abord industrielle (avec une industrie du verre prospère mais fermée en 1969) puis culturelle, et ce depuis 1992 avec la création du CIAV et 1996, avec la création du CADHAME  (collectif de développement et d’animation de l’espace), qui a reçu, en 2019, par le ministère de la Culture, l’appellation « Scène conventionnée d’intérêt national », mention art et création.

Un équipement exemplaire

Après quoi, les invités ont pu découvrir la salle de concert dans sa version « avec gradin » et s’imprégner de l’ensemble des travaux par un documentaire qui se conclura réellement à l’achèvement définitif des travaux prévu en 2021.
Les discours de chacune des autorités présentes et représentant les collectivités publiques et la fondation Schuller Bettencourt, ont retracé l’histoire du lieu, l’histoire récente de la décision « d’y aller », ce qui n’a pu être fait que parce que les associations extrêmement actives sur le territoire portent des projets forts et riches d’expériences, proches des habitants.

Une véritable réussite dans un secteur profondément rural, devenu exemplaire de la qualité de ce qui peut être mis en œuvre dans ces cas où les passions se réunissent.

La salle de concert bénéficie de matériaux de dernière génération. L’acoustique y est pleine et facile. « La seule différence existant avec un équipement de ville, c’est qu’en ville il n’y pas d’aussi belles forêts autour ».

Sur un projet global de plus de 13 000 000 €, porté la communauté de communes du Pays de Bitche, l’État a financé, via le Pacte Lorraine et la DRAC Grand Est, 2 878 000 € pour les travaux et 413 000 € pour les études de restructuration du site verrier de Meisenthal.

.



Photographie de Une – Halle Verrière de Meisenthal (crédits : Cadhame / Wikipédia)