Une nouvelle législation plus stricte en matière de gestion des niveaux sonores va s’appliquer d’ici le 1er octobre prochain à tous les lieux diffusant de la musique (salles, discothèques, festivals, bars, etc.). Le décret « bruit » de 1998 laisse place au décret n° 2017-1244 du 7 août 2017 relatif à la prévention des risques liés aux bruits et aux sons amplifiés.

[Écho de la presse]

L’objectif de ce texte est de « protéger l’audition du public exposé à des sons amplifiés à des niveaux sonores élevés dans les lieux ouverts au public ou recevant du public, clos ou ouverts, ainsi que la santé des riverains de ces lieux. »

Contrairement à la précédente législation, tous les lieux de spectacle sont ainsi concernés, y compris les festivals et les concerts en plein air, et l’exploitant du lieu, le producteur et le diffuseur sont considérés comme co-responsables face à la loi.

 Le décret impose une baisse des niveaux sonores de plusieurs ordres : la limitation passe de 105 dB(A) à 102dB(A) sur 15mn, et le niveau des basses fréquences est désormais limité à 118 dB© sur 15 mn. À noter qu’une limitation spécifique est fixée pour les spectacles jeune public (jusqu’à 6 ans révolu / 94 dB(A) et 104 dB©).

Lire la suite sur le site de l’Irma.

Lire également l’étude réalisée par AGI-SON sur le sujet.