Une quarantaine de personnes immigrées, soutenues par quelque cent cinquante bénévoles, occupent aujourd’hui illégalement un bâtiment diocésain qui devient, chaque été, le théâtre de la Cour du Barouf. Conséquence selon Daniel Morin de France bleu Vaucluse : la programmation est annulée.

Pas de festival en ces conditions. Douze compagnies devaient s’y produire, cinq seulement ont trouvé une solution d’urgence, tandis que quatre-vingts intermittents seront privés de travail.

Lire l’article de Daniel Morin sur le site de France bleu Vaucluse.

.