Sélectionner une page

Orchestre de Toulouse, les joies du Capitole

Orchestre de Toulouse, les joies du Capitole
Publicité

Dévolu à la recherche du son français sous l’égide de Michel Plasson, l’OCT vibre depuis 2003 sous la baguette de Tugan Sokhiev. Sa maîtrise de divers répertoires en fait un ensemble internationalement reconnu. A apprécier ce mardi à la Philharmonie.

[Écho de la presse]

Tokyo. Au quatrième étage d’un immeuble étroit du quartier de Shibuya, dans une pièce vide au parquet vitrifié, deux journalistes japonais du magazine Band Journal sont assis autour d’une table blanche. En face d’eux, David Minetti, 44 ans, clarinettiste solo de l’Orchestre national du Capitole de Toulouse en tournée sur l’archipel, évoque la tenue de souffle, l’importance du diaphragme, le son «moelleux comme un fondant au chocolat avec de la crème anglaise» et finit l’interview en interprétant une boucle du Boléro de Ravel pendant la séance photo. Les journalistes sont aux anges : un musicien français qui joue de la musique française sous leurs yeux… un must.

Car en classique, le poids des écoles interprétatives est tel qu’il paraît évident que l’on joue infiniment mieux Rameau à Strasbourg plutôt qu’à Kehl. Les territoires et les répertoires musicaux ont non seulement un sens stratégique dans la composition des programmes, mais ils sont aussi constitutifs de l’identité d’un orchestre. A plus forte raison de celui de Toulouse, emblématique d’une double tradition, et qui donne ce mardi soir un concert à la Philharmonie de Paris dont le programme raconte en raccourci l’histoire depuis un demi-siècle mais aussi les enjeux artistiques présents et à venir. Dis-moi qui tu joues, je te dirai qui tu es.

A la fin des années 60, l’Orchestre national du Capitole de Toulouse (OCT) vivote. Les musiciens accompagnent les opéras, les ballets. L’ambition symphonique est maigre. Les abonnés sont rares…

Lire l’article complet de Guillaume Tion sur le site du journal Libération.

 


 


Publicité

Laisser un commentaire

A l’affiche

Soutenez le Mag’

100% indépendant, gratuit et sans abonnement ! Soutenez votre journal !

Restez informé !

Facebook