Après dix ans de tergiversations et la fermeture du cinéma Le Grand Écran Italie 2, le lieu reste dans le monde de la culture, avec l’ouverture de la plus grande scène du théâtre privé sur la rive gauche parisienne. Situé sur la place d’Italie, cet espace de 3 700m2 accueillera deux salles de spectacles, de 900 et 130 places, un studio d’enregistrement et un bar-restaurant, pour une programmation qui se veut éclectique et pluridisciplinaire.

« Il n’y avait pas à Paris, depuis 80 ans, de construction d’un théâtre capable d’accueillir tous les types de spectacle », s’enthousiasme Olivier Peyronnaud, directeur France de Juste pour Rire depuis 2015.

Entre deux notes d’humour, le nouveau directeur du théâtre Le 13e Art évoque l’isolement théâtral de ce quartier, au cœur de la ville de Paris : « C’est un quartier en plein développement. Y implanter un théâtre est une très belle opportunité. Le centre commercial, avec ses millions de visiteurs, est un formidable atout pour faire du 13e Art un lieu différent et une opportunité pour sortir des sentiers battus ».

Une création décidée trois jours après les attentats du 13 novembre

Ce sont près de 12 millions de consommateurs annuels qui poussent en effet les portes de ce gigantesque centre commercial, qui fête cette année ses 41 ans. « Aujourd’hui, c’est avec fierté que nous allons leur proposer une salle unique, qui peut accueillir tout type de spectacles, confirme Jean-Philippe Mouton, président d’Hammerson France, propriétaire des lieux. Nous sommes à la veille d’entamer une deuxième jeunesse, avec diverses rénovations et de nombreuses initiatives, dont l’ouverture les dimanches, la création du 13e Art et, dans quelques mois, la pose de la première pierre du projet ITALIK, dans le cadre de Réinventer Paris. »

L’ouverture de ce lieu démesuré ne fut pourtant pas une aventure aisée. Il aura fallu la volonté d’un homme, Gilbert Rozon, pour oser l’aventure. Trois jours après les attentats du 13 novembre 2015, le créateur de « Surprise sur prise » et jury de « La France a un incroyable talent » se décide en effet à ouvrir un nouveau théâtre : « une décision pas facile à prendre », reconnaît-il volontiers, un « désir insensé », complète Olivier Peyronnaud, directeur de ce nouveau lieu.

D’autant que l’espace visé est à l’abandon depuis près de dix ans. Et Jean-Philippe Mouton d’en profiter pour ironiser sur l’état l’administration française : « La France a un incroyable talent pour complexifier les procédures administratives et mettre des bâtons dans les roues aux investisseurs et aux entrepreneurs ».

Une programmation éclectique et pluridisciplinaire

Mais le lieu est là, presque prêt à l’emploi, en vue des treize jours de fête qui marqueront l’ouverture du lieu, entre le 26 septembre et le 8 octobre prochain. Gilbert Rozon ne cache pas sa joie.

« Je suis aujourd’hui à un moment important de ma vie. Je ne peux pas vous dire à quel point c’est important d’avoir la chance et le privilège d’inaugurer un théâtre. Car un théâtre, c’est le lieu où tout démarre ; c’est un moment de communion dans un monde où tout va tellement vite : on s’assoit pendant deux heures pour écouter quelqu’un et, de temps en temps, on touche aux étoiles. Moi, mon amour du spectacle vivant est complètement intact. Chaque fois que j’y retourne, je suis heureux. Alors, inaugurer un théâtre est pour moi un grand honneur, et le faire en France, à Paris, d’autant plus, car je crois que ce théâtre correspond à un vrai besoin. »

La programmation se veut éclectique et pluridisciplinaire : James Thierrée côtoie Eugène Ionesco, Anne Sylvestre avoisine Molière, Gérard Depardieu et l’Orchestre philharmonique de Prague s’accouplent.

Que le XIIIe arrondissement retrouve une identité par la culture…

« Nous devrons nous réinventer tous les jours, confirme Olivier Peyronnaud. Nous allons essayer de faire un lieu différent, étonnant, surprenant, amical, curieux et spontané. On va faire en sorte que ce lieu devienne une maison, pour les artistes et pour le public. À nous d’être à la hauteur ! »

Et Jérôme Coumet, maire du XIIIe arrondissement de conclure : « Je souhaite que le XIIIe arrondissement retrouve une identité par le biais culturel. Nous l’avons fait avec les péniches sur Seine, le cinéma, le street-art… Mais il manquait un navire amiral. Le 13e Art va être le barreur de ce navire amiral.  Quand je vois la programmation, c’est exactement ce que je souhaitais : beaucoup de propositions différentes. Je suis très heureux de cet éclectisme. »

Pierre MONASTIER



Galerie photo

De gauche à droite : Toma Dryjski, Daniel Vaniche, Gilbert Rozon, Jérôme Coumet, Jean-Philippe Mouton et Olivier Peyronnaud.

Sur la plateau de la grande salle…

Olivier Peyronnaud

Jean-Philippe Mouton

Crédits : Pierre Monastier / Profession Spectacle

Italie Deux, gigantesque centre commercial de la Place d’Italie.

Logo du théâtre Le 13e Art.



Photos : crédits Pierre Monastier / Profession Spectacle