Si le festival de Cannes est le plus célèbre et le plus prestigieux festival de cinéma du monde, il devrait en toute logique être le plus grand pourvoyeur de films primés sur les écrans. Ce n’est pourtant pas forcément le cas, comme le montre l’étude de Stephen Follows.

Pour nourrir son étude, Stephen Follows compare les films ayant obtenu la plus haute récompense des cinq plus importants festivals de cinéma au monde, soit : le festival du film de Sundance, le festival international du film de Berlin, le festival international du film de Cannes, le festival de Locarno et la Mostra de Venise. Rassemblant les données des vingt dernières années, il a comparé la projection de chacun des films primés, notamment aux États-Unis et au Royaume-Uni. Il en ressort que plus de 70 % des films primés au festival de Sundance ont été diffusés dans les salles américaines, contre un peu plus de 60 % pour les films primés à Cannes et moins de 50 % pour les trois autres festivals, celui de Locarno arrivant en dernier (18 %).

Diffusion films primés dans les salles américaines

Au Royaume-Uni, on remarque que les films primés à Cannes sont plus largement projetés en salle (75 %), mais que la diffusion des œuvres récompensées à Locarno n’est pas meilleure.

Diffusion films primés dans les salles britanniques

Si l’on compare maintenant le nombre de pays dans lesquels sont distribués les films récompensés, il apparaît que le festival de Cannes est celui qui permet la plus large distribution. En 1998, le film ayant reçu la Palme d’or était distribué dans les cinémas de quatorze pays, tandis qu’en 2017, c’était le cas dans vingt-huit pays.

Qu’en est-il de la réception critique des films ?

Comparant le nombre d’États dans lesquels est diffusé un film avec la réception critique et le nombre des entrées en salle, on en arrive à la conclusion qu’un film récompensé au festival de Sundance est celui qui a le plus de chances d’être vu en salle, tandis que le film primé à Locarno arrive toujours en dernier. Si l’on ne prend en compte que l’audience des films dans leur pays d’origine, nous remarquons qu’ils ont plus de chance d’être diffusés à l’étranger, hors de toute réception critique, sauf en ce qui concerne le festival du film de Locarno.

En conclusion, il vaut mieux produire un film primé au festival de Sundance ou à celui de Cannes si l’on prétend le voir diffusé ailleurs dans le monde. Le festival de Cannes est celui qui récompense les films qui seront diffusés dans le plus grand nombre de pays, mais pour ce qui est des chiffres bruts, il vaut mieux être primé au festival de Sundance.

Traduit et adapté par Matthieu DE GUILLEBON