Qu’est-ce que c’est le théâtre ?

Qu’est-ce que c’est le théâtre ?
Publicité

Philippe Touzet a mis un calepin dans son petit sac à dos et au hasard des rencontres, à Paris, il a posé une simple question : qu’est-ce que le théâtre ?

Arrêt Buffet

Il y a quelques semaines qui font plusieurs mois, j’ai mis un calepin dans mon petit sac à dos et au hasard des rencontres, à Paris, j’ai posé une simple question : qu’est-ce que c’est le Théâtre ?

Histoire de me chauffer un peu, j’ai commencé par les commerçants de mon quartier. Et comme je viens de l’écrire, même si les réponses s’enchaînent au sein de la chronique, je n’ai pas fait ça en une journée, loin de là.

Chez le boucher. Le patron, une trentaine d’années.

– J’aime bien les stand-up. J’aime quand ça fait rire. Mais c’est vrai que des fois, j’aimerais bien voir autre chose mais j’y connais rien…

Le marchand de primeurs. Le patron, une cinquantaine d’années.

– Oh, j’ai pas le temps, je me lève trop tôt… J’y vais jamais. Enfin, je veux dire… Depuis l’école, j’y suis jamais retourné…

La coiffeuse. Une quarantaine d’années.

– J’y vais pas souvent. Je préfère aller au cinéma, c’est moins cher… En fait, c’est ça qui m’arrête, c’est le prix des places… 30 euros, si vous voulez une bonne place ! Moi, j’y vais avec mon mari et mon fils, ça fait 100 euros la soirée… C’est impossible !

Une voisine, croisée dans la rue. Ancienne professeure de Français. Dans les soixante-dix ans.

– J’ai vu Guillaume Meurice au Café de la Gare, c’était très bien. Mais il a commencé le spectacle avec une demi-heure de retard…

Le réparateur d’ascenseur (dans mon immeuble). Une trentaine d’années.

– Le théâtre ? Qu’est-ce que vous voulez que j’aille faire au théâtre ? C’est pas pour moi…

Un terrassier (un homme qui fait des trous et à Paris, c’est pas ça qui manque…). Une vingtaine d’années.

– Non monsieur, le théâtre ça m’intéresse pas… Qu’est-ce que j’irais faire dans un théâtre ? Vous me voyez dans un théâtre ?

Chez la fleuriste. La patronne. Une quarantaine d’années.

– En semaine, c’est pas facile parce que je me lève de bonne heure… Mais j’essaie d’y aller régulièrement… Régulièrement ? Ça veut dire une fois tous les deux, trois mois… Oui, c’est ça, une fois par trimestre… Vous avez vu le prix des places ? Oui, je sais qu’il y a des petits théâtres avec des pièces très bien avec des prix pas chers mais j’y connais rien…

(Une jeune femme, derrière moi, se mêle à la discussion)

– Madame a raison, moi c’est pareil, j’essaie d’aller souvent au théâtre mais c’est pas donné… Et puis quand vous voulez voir autre chose que Molière ou Shakespeare, vous faites comment ? Et quand vous voulez voir autre chose que les gens que vous voyez à la télé, vous faites comment ? Des fois, je vois des pièces qui m’intéressent, je veux dire je lis des critiques, mais je ne connais pas les comédiens, l’auteur, le metteur en scène alors, c’est vrai que j’hésite et du coup, la plupart du temps, j’y vais pas, je vais au cinéma…

Un groupe de lycéens et de lycéennes devant leur lycée.

– Moi je vais souvent au théâtre (rires, un copain le traite de « mytho »). Vous voyez, je dis que je vais au théâtre et il me traite de mytho ! / C’est un truc de vieux le théâtre, moi quand j’ai du fric, je vais au concert ! / Je suis d’accord, je préfère me taper Orelsan que Molière ! / Ça, c’est sûr, t’aimerais bien te le taper Orelsan ! (Bon je passe sur la suite du débat…) / Moi, mes parents, ils peuvent pas trop… Ils sont pas pétés de thunes comme certains (rires) Mais moi, j’adore ça le théâtre et je profite à fond des réducs qu’on a à notre âge… Et puis, je mate aussi les spectacles sur mon ordi… / Putain, sur mon ordi, je vais pas me faire chier à regarder du théâtre ! / Toi, à part tes Marvel ! / Il est amoureux de Black Widow ! / Il regarde encore les vidéos de Squeezie ! / (Bon, là, je sens que c’est le moment de dégager, je les remercie, je commence à tourner les talons quand une jeune fille s’avance vers moi…)

– Monsieur, on est un pays de théâtre ?

– Oui, on peut dire ça comme ça. Nous sommes un pays avec une grande culture théâtrale…

– Alors, elle est où la culture ? Pourquoi on va jamais au théâtre avec le lycée ?

– (Un copain) On a eu la pandémie pendant deux ans…

– Elle a bon dos la pandémie ! Et quand on était au collège, on y allait souvent au théâtre ? Une fois par an. On nous parle de Molière, Shakespeare et moi j’ai jamais parlé de ma vie avec un comédien ou un metteur en scène !

– Elle a raison… Au moins une fois par an, on a des flics qui viennent nous parler de leur métier et on n’a jamais vu un artiste !

Deux femmes assises sur un banc dans un jardin public. Dans les soixante-dix ans.

– J’ai un abonnement à la Comédie-Française… La salle Richelieu, c’est magnifique…

– J’aime beaucoup le théâtre… Surtout les pièces de Boulevard, ça me fait rire. J’aime bien les pièces comiques, les comédies… Je vais pas au théâtre pour pleurer. Pour ça, j’ai qu’à allumer la télé !

– L’abonnement, ce sont mes enfants qui me l’ont offert… Ils savent que j’aime le théâtre. J’y allais souvent avec mon mari… Et avec les enfants aussi, bien sûr… Mais là, maintenant, toute seule, avec ma retraite…

– C’est un beau cadeau. Nous c’est un peu pareil, quand on travaillait, on allait souvent au théâtre avec les enfants, au moins une fois par mois, mais là maintenant, alors que nous sommes à la retraite et qu’on pourrait sortir un peu plus, la vérité c’est qu’on sort moins…

Dans le métro, coincé dans un tunnel, depuis un bon bout de temps. En face de moi, un jeune homme d’une vingtaine d’années.

– Non, j’y connais rien au théâtre… Vraiment. La preuve, y a pas longtemps, j’ai un cousin qui est comédien, enfin il est en cours, il est au cours Florent, il me dit… Viens, je peux t’inviter à une corpo Molière, j’ai pas la carte Molière mais je peux te faire passer, je connais une comédienne dans la distribution… Alors moi, je suis content. J’y vais jamais au théâtre. J’ai pas le fric pour ça. Alors j’y vais et vous savez quoi, c’était pas un Molière ! Attention, la pièce que j’ai vue c’était bien, très bien… Mais c’était pas un Molière !

Dans un resto. La serveuse, une vingtaine d’années.

– Ah non, monsieur, j’y vais jamais au théâtre, je suis pas assez intelligente…

Voilà.

En tout, 32 entretiens depuis début décembre 2021. Bien sûr, j’ai fait une sélection. J’ai gardé ceux qui m’ont le plus marqué. Et aussi, parce que la plupart du temps, et de façon quasi systématique reviennent deux thèmes, le prix des places (trop cher) et le fait qu’on ne se sente pas autorisé à aller au théâtre (c’est pas pour moi/Je ne suis pas assez intelligente).

Attention, on est bien d’accord, cette chronique n’est pas une étude sociologique. Elle n’a pas la fiabilité d’un sondage (non, je déconne…) C’est une promenade intellectuelle dans Paris avec pour unique bâton, une seule question.

Il est clair que j’ai préféré porter mon attention sur une certaine catégorie sociale. Ceux et celles que je ne vois quasiment jamais dans un théâtre.

J’ai aussi essayé de donner la parole à des jeunes gens car la plupart du temps, dans les théâtres, de l’orchestre au balcon, il y a tellement de têtes blanches qu’on pourrait se croire en haut d’une piste noire à Val-d’Isère…

L’avantage avec cette chronique, c’est que je vais pouvoir la décliner à l’infini. Comme la série des Martine… Qu’est-ce que c’est le théâtre dans le théâtre public ? Qu’est-ce que c’est le théâtre dans le théâtre privé ? Qu’est-ce que c’est le théâtre au ministère de la Culture ? Qu’est-ce que c’est le théâtre en banlieue ? Ou en régions ? Et ainsi de suite…

Plus sérieusement, je pourrais aller voir, avec mon calepin, mes ami(e)s auteurs, autrices, metteurs et metteuses en scène, comédiennes et comédiens…

– Je ne vais pas te poser la question pourquoi tu écris mais pour qui tu écris ? Je ne vais pas te poser la question pourquoi tu mets en scène mais pour qui tu mets en scène ? Je ne vais pas te poser la question pourquoi tu joues mais pour qui tu joues ?

En 2015, j’ai écrit une fiction radiophonique intitulée « Renaud-Barrault, Acte 1, Scène 1 » (Affaires sensibles, France Inter) dont une partie se déroulait durant l’occupation du théâtre de l’Odéon en mai 68. Durant mes recherches, j’avais appris que Jean-Louis Barrault avait été grandement interpellé par le fait que des gens qui n’allaient jamais au théâtre se sentaient autorisés d’entrer à l’Odéon parce que le théâtre était occupé. Parce que le théâtre n’était pas en ordre de marche. Comme si on attendait que la messe soit terminée pour entrer dans l’église… Le théâtre, ce n’est pas pour moi. Trop cher. Je ne suis pas assez intelligente. Vous me voyez dans un théâtre ?

54 ans après… La même question. Toujours les mêmes réponses.

Philippe TOUZET

.
Lire les dernières chroniques de Philippe Touzet :
– Les Fugitifs égarés de Neda Nejdana : l’Ukraine pulvérisée
C’est compliqué…
René de Obaldia
Juste les réflexions d’un mec de gauche…
Je suis là

.



Auteur de théâtre, scénariste de fictions radio, président des Écrivains associés du théâtre (E.A.T) de 2014 à 2019, Philippe Touzet tient une chronique bimensuelle dans Profession Spectacle depuis janvier 2021, intitulée : « Arrêt Buffet ».



 

Newsletter

Publicité

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Newsletters

Les dessins de Caly

les dessins de caly retour à la normale