Select Page

« RBG : Ruth Bader Ginsburg » : une découverte passionnante

« RBG : Ruth Bader Ginsburg » : une découverte passionnante
Advertisement

Ruth Bader Ginsburg est juge à la Cour suprême américaine. Nommée en 1993 par Bill Clinton, elle appartient à son aile progressiste. Les opinions qu’elle y a défendues, sa courageuse résistance à la maladie, ses lunettes immenses, son chignon sévère et le col en dentelle dont elle orne sa toge ont fait d’elle une idole.

Le documentaire que lui consacrent Betsy West et Julie Cohen participe à cette starmania, en attendant son biopic dont la sortie est prévue pour la fin de l’année aux États-Unis.

Betsy West et Julie Cohen, RBG - Ruth Bader Ginsburg, documentaire afficheRien ne prédisposait pourtant cette timide jeune fille, née à Brooklyn en 1933 dans une modeste famille juive, à une telle célébrité. Élevée dans le culte de l’excellence, elle suit des études de droit à Cornell – où elle rencontre à dix-sept ans à peine son mari d’un an plus âgé qu’elle -, à Yale puis à Columbia.

Elle devient avocate et plaide devant la Cour suprême plusieurs affaires qui permettront, dans les années soixante-dix, la reconnaissance progressive des droits des femmes : « Frontiero v. Richardson » en 1973, « Weinberger v. Wiesenfeld » en 1975… Infatigable travailleuse, cette femme chétive et discrète est nommée juge à la Cour d’appel de Washington en 1980 par Jimmy Carter. Treize ans plus tard, elle est la deuxième femme à faire son entrée à la Cour suprême.

En 1996, elle joue un rôle déterminant dans l’affaire « United States v. Virginia », où la Cour censure le règlement de l’Institut militaire de Virginie qui réservait l’accès de la scolarité aux hommes. Mais ce sont ses opinions dissidentes dans une Cour de plus en plus conservatrice qui la font accéder à la célébrité : dans « Bush v. Gore » qui clôt au profit du candidat républicain le contentieux de l’élection présidentielle de 2000, dans « Ledbetter v. Goodyear » en 2007 où la Cour rejette la requête d’une employée victime de discrimination salariale au motif que sa requête est tardive alors que cette tardiveté avait pour cause l’ignorance dans laquelle elle avait longtemps été maintenue de cette discrimination (cette décision allait conduire l’administration Obama à modifier les règles de prescription en cette matière), etc.

Ruth Ginsburg n’est pas la juge la plus progressiste de la Cour suprême. Sonia Sotomayor, nommée en 2009 par Barack Obama, y défend des positions plus radicales. Pour autant, elle est devenue une égérie. Elle n’a rien fait pour nourrir un tel engouement. Mais on sent qu’il ne lui déplaît pas. Sans doute apparaît-elle comme un môle de résistance aux inquiétantes dérives de l’administration Trump. Un môle d’autant plus précieux que, depuis la nomination controversée à la Cour suprême de Brett Kavanaugh, quatre jours avant la sortie de RBG en France, la Cour penchera de plus en plus en faveur des conservateurs.

Le documentaire de Betsy West et Julie Cohen n’est guère original. Comme il est de coutume, il mêle photographies d’archive et interviews contemporaines. Mais son sujet est si intéressant, la personnalité de Ruth Ginsburg si attachante, que RBG constitue une découverte passionnante.

Tony PARODI

 



Betsy West et Julie Cohen, RBG : Ruth Bader Ginsburg, États-Unis, 1977, 98mn

  • Sortie : 10 octobre 2018
  • Genre : documentaire
  • Classification : tous publics
  • Titre original : RBG
  • Distribution : L’atelier distribution

En savoir plus sur le film avec CCSF : RBG : Ruth Bader Ginsburg

Betsy West et Julie Cohen, RBG - Ruth Bader Ginsburg



Découvrir toutes nos critiques de films



 

Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

Nous soutenons …

affiche barcelone en scene à paris theatreaffiche Quand on sait