Select Page

RIP. Geneviève Fontanel, de François Truffaut à la Comédie-Française

RIP. Geneviève Fontanel, de François Truffaut à la Comédie-Française
Advertisement

La comédienne Geneviève Fontanel, actrice de théâtre qui a été l’interprète de grands auteurs comme Cocteau, Pirandello ou Ionesco, est décédée samedi à l’âge de 81 ans, a indiqué sa famille dimanche à l’AFP.

[avec AFP]

Pensionnaire de la Comédie-Française

 Geneviève Paule Clairette Fontanel est née à Bordeaux mais a grandi à Casablanca. À 17 ans, elle retourne à Bordeaux où elle étudie au conservatoire municipal, avant de rejoindre le Centre d’art dramatique de la rue Blanche à Paris et le conservatoire national d’art dramatique.

En 1958, elle intègre la Comédie-Française, dont elle sera pensionnaire pendant quatre ans. « Je n’en garde pas un mauvais souvenir, puisque cela m’a permis de jouer une quantité de pièces du répertoire, de débuter au cinéma, de faire des tournées […] Mais au bout d’un certain temps, on a une impression de captivité à la Comédie-Française », expliquait-elle.

En 1965, elle épouse le comédien et peintre Jacques Destoop, avec qui elle a eu une fille, Isabelle.

César et Molière

L’actrice, qui s’est également illustrée au cinéma, a joué dans L’homme qui aimait les femmes (1977) de François Truffaut, ce qui lui a valu d’être nommée au César du meilleur second rôle féminin, ainsi que dans Un singe en hiver d’Henri Verneuil, La vie devant soi de Moshé Mizrahi ou Notre histoire de Bertrand Blier.

En 1999, Geneviève Fontanel avait été récompensée par le Molière de la meilleure comédienne dans un second rôle pour la pièce Délicate Balance d’Edward Albee.

Des pièces d’auteurs et des comédies de boulevard

Pendant toute sa carrière, la comédienne à l’abondante chevelure rousse a multiplié les rôles, aussi bien dans des pièces classiques (Les précieuses ridicules, Le bourgeois gentilhomme), que dans des comédies de boulevard, où elle a joué aux côtés de Jean Le Poulain, Roger Pierre et Jean-Marc Thibault.

Elle a également interprété du Ionesco – Macbett, Ce formidable bordel ! – comme du Pirandello – Ce soir on improvise – ou Cocteau – Les parents terribles dans une mise en scène de Jean-Claude Brialy. « Quand je ne joue pas, je suis infernale », reconnaissait alors la comédienne.

En parallèle, elle n’a cessé de tourner pour la télévision. Son dernier rôle a été dans Les grandes filles en 2015, où elle incarnait, avec Judith Magre, Claire Nadeau et Edith Scob, un quatuor de vieilles dames indignes.

Une cérémonie religieuse se tiendra vendredi à 10h30 en l’église Saint-Roch, à Paris. L’inhumation aura lieu ultérieurement, dans l’intimité familiale.



 

Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

R.O.C & Folk

dessin coupe du monde footballdessin_roc_johnny_heritage