L’écrivain et académicien Jean d’Ormesson, auteur d’Au Plaisir des Dieux, est mort dans la nuit de lundi à mardi à l’âge de 92 ans, a annoncé sa famille à l’AFP, confirmant une information donnée par le site montpelliérain Métropolitain. Le romancier est décédé d’une crise cardiaque à son domicile de Neuilly (Hauts-de-Seine), a précisé sa fille, l’éditrice Héloïse d’Ormesson : « Il a toujours dit qu’il partirait sans avoir tout dit et c’est aujourd’hui. Il nous laisse de merveilleux livres ».

[avec AFP]

Haut fonctionnaire

Né à Paris le 16 juin 1925, fils d’ambassadeur, Jean d’Ormesson, normalien et agrégé de philosophie, entreprend une carrière de haut fonctionnaire. Après avoir été membre de délégations françaises à plusieurs conférences internationales (1946-48), il entre à l’Unesco, où il est secrétaire général (1950-1992), puis président du Conseil international de philosophie et des sciences humaines. Il appartient parallèlement à plusieurs cabinets ministériels de 1958 à 1965.

Journaliste

Collaborateur dès 1949 de plusieurs journaux, Paris-Match, Ouest-France, Nice Matin, il est rédacteur en chef adjoint (1952-71) de la revue de philosophie Diogène, avant d’en devenir directeur général en 1976. Président du directoire de la société de gestion du Figaro et directeur de ce quotidien de 1974 à 1976, il est ensuite directeur général du Figaro jusqu’à sa démission en juin 1977.

Romancier

Jean d’Ormesson publie en 1956 son premier roman, l’Amour est un plaisir. Sa carrière littéraire explose en 1971 avec La Gloire de l’Empire, récompensé par le Grand Prix de l’Académie française. Parmi ses grands succès littéraires, Au plaisir de Dieu (1974), sera adapté à la télévision. Suivront notamment Dieu, sa vie, son œuvre (1981), Jean qui grogne et Jean qui rit (1984).

Avec L’Histoire du Juif errant (1991), La Douane de mer (1994) et Presque rien sur presque tout (1996), l’écrivain, qui a reçu le prix Chateaubriand (1994) pour l’ensemble de son œuvre, donne son explication du monde, avec l’art qui lui est propre de dire des choses graves avec légèreté.

Élu en 1973 à l’Académie française, il est l’auteur d’une quarantaine d’ouvrages. En 2013, dans Un jour je m’en irai sans vous avoir tout dit, il livrait sa foi en la littérature, la force des sentiments et le goût du bonheur. En 2015, il avait reçu la récompense suprême de tout écrivain français, être édité dans la collection La Pléiade des éditions Gallimard.

Vanessa LUDIER



Source photographie de Une : Le Soir (Belgique)