Roselyne Bachelot est revenue sur la réouverture possible des lieux culturels à la mi-mai et s’est montrée optimiste pour les grands festivals d’été, dans un entretien avec Jean-Jacques Bourdin sur RMC, ce vendredi 23 avril.

Après une (très) longue introduction – un tiers de l’échange total – sur l’état de santé de Roselyne Bachelot et sur la campagne des vaccinations, Jean-Jacques Bourdin a ensuite (enfin ?) interrogé la ministre de la Culture sur le périmètre relevant de sa responsabilité.

Premier point : les récentes annonces du gouvernement de rouvrir certains lieux à la mi-mai. « Un lieu de culture, ça ne se rouvre pas comme on allume une lumière dans une pièce, lui répond Roselyne Bachelot. À partir du moment où l’on donne le top de départ, il faut à peu près quinze jours à une salle de cinéma pour rouvrir, à un lieu de spectacle vivant pour lancer les répétitions, mettre en mouvement les équipes… Cela demande du temps. »

Roselyne Bachelot affirme que son ministère, avec sa « démarche volontaire », est prêt. « On a bâti les protocoles et les procédures avec les professionnels. Si le président de la République, qui va s’exprimer dans quelques jours, nous donne le top départ, nous serons prêts. C’est ce qui compte ! »

Mais cette réouverture est évidemment conditionnée à plusieurs facteurs, une « dynamique » que rappelle Roselyne Bachelot pour justifier l’absence de date précise à ce jour : baisse des contaminations, taux d’occupation des lits de réanimation, campagne de vaccination…

« La réouverture se fera de manière progressive et avec un respect strict des mesures de précaution, bien entendu, prévient-elle, sans confirmer le nombre de 35 % des jauges avancé par Jean-Jacques Bourdin. Nous sommes sur des jauges progressives, qui seront adaptées en fonction de la situation sanitaire. » Il y a aussi l’enjeu de la territorialisation (des mesures prises par département) et la question du « pass sanitaire », que la ministre dit ne pas souhaiter mais qu’elle acceptera s’il devient indispensable à la réouverture des lieux.

La dernière partie de cet entretien d’une vingtaine de minutes a porté sur la perspective estivale, une période traditionnelle de festivals. « Dans la situation où nous sommes, oui, ils auront lieu, bien sûr, explique la ministre de la Culture, à propos des festivals de Bourges et d’Avignon. On sera en été. Moi, je suis persuadée qu’ils auront lieu et nous travaillons pour qu’ils aient lieu. Ce qui n’est pas encore calé, ce sont les mesures d’accompagnement et de protection, et l’accompagnement financier dont ils auront besoin. Parce que s’il y a des jauges réduites, s’il y a des contraintes, bien sûr on va les aider. C’est de cela dont on a discuté avec les élus. »

Concernant la prolongation de l’année blanche, Roselyne Bachelot a cité le rapport Gauron stipulant que 75 % des intermittents auront reconstitué leurs droits au 31 août 2021. « Nous ne sommes donc pas dans la situation de l’an dernier », conclut la ministre, qui cite les trois options possibles : des mesures d’accompagnement, la reconduction pure et simple de l’année blanche pendant un an ou la prolongation jusqu’à la fin 2021 en même temps que des mesures d’accompagnement.