À l’occasion de la cérémonie de passage de relais à la tête de l’Opéra national de Paris, qui voit Alexander Neef succéder à Stéphane Lissner, Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la Culture, a annoncé le lancement de deux missions sur les perspectives de l’Opéra national de Paris et la politique d’accompagnement de l’art lyrique en France.

Hier, mardi 1er septembre avait lieu, au ministère de la Culture, la cérémonie de passage de relais à la tête de l’Opéra national de Paris entre Stéphane Lissner et Alexander Neef. Après six ans à la tête de la prestigieuse institution française, Stéphane Lissner a pris la direction du théâtre lyrique San Carlo de Naples, tandis qu’Alexander Neef, nommé en juillet 2019 directeur préfigurateur de l’Opéra national de Paris, devient à compter de ce jour son directeur général.

Lors de cette cérémonie, Roselyne Bachelot-Narquin a également annoncé le lancement de deux missions.

1) Une mission sur les perspectives et les modalités d’accompagnement et de soutien de l’Opéra national de Paris

Afin d’éclairer les décisions qui devront être prises pour l’avenir, une mission est confiée à Georges-François Hirsch, ancien administrateur de l’Opéra national de Paris, et à Christophe Tardieu, ancien directeur adjoint de l’établissement. Dans le contexte de la crise sanitaire, il leur reviendra de réaliser un état des lieux et dresser des perspectives d’avenir à moyen et long terme pour l’Opéra.

Les conclusions de cette mission sont attendues pour fin novembre 2020.

 2) Une réflexion sur la politique de l’art lyrique en France

Une seconde mission sera confiée à Caroline Sonrier, directrice de l’Opéra de Lille, avec pour objectif de dresser un état des lieux de l’art lyrique en France, en examinant l’offre artistique existante, les différents modèles économiques, ainsi que les politiques de démocratisation poursuivies par les théâtres lyriques dans les territoires.

Elle dessinera un cadre de référence pour la pratique de l’art lyrique en France, avec des propositions visant à assurer la pérennité de ce secteur. La mission sera particulièrement attentive à l’inscription territoriale des opéras, en lien avec les collectivités partenaires, au soutien aux jeunes compositeurs et interprètes, ainsi qu’aux collaborations que les maisons d’opéra peuvent entretenir les unes avec les autres.