Select Page

Tous intermittents ?

Tous intermittents ?
Advertisement

Le code du travail et les 35 heures sont sur la sellette. Non pas qu’un projet de loi soit dans les tuyaux, mais l’affaire est dans l’air du temps. Nathalie Kosciusko-Morizet résume ainsi les nouveaux enjeux : « Plutôt que d’avoir une grille de lecture ancienne, (…) il faut traiter le sujet d’aujourd’hui : la fin du salariat ». Abrupte, la formule traduit une tendance lourde. Aux Etats-Unis, les bataillons de freelances grossissent de jour en jour, jusqu’à représenter aujourd’hui un tiers des actifs. A cela s’ajoute le phénomène d’ubérisation, qui crée de nouveaux indépendants qui menacent les indépendants traditionnels, comme les chauffeurs de taxi par exemple. Serons-nous demain tous intermittents et précaires ?

Dans ce contexte, les partisans de toutes les libéralisations mondialisées ne manquent pas de souligner le caractère « obsolète » de notre modèle social. A-t-il déjà un pied dans la tombe ? Qui sait… Ce que l’on nomme « modèle social » recouvre cependant une réalité plus profonde qu’un simple cadre juridique, il désigne aussi le modèle de société lui-même. Face au rouleau-compresseur « globish », quelle société voulons-nous opposer ? La question est large : elle touche les conditions sociales concrètes bien sûr, mais aussi, substantiellement, la nature et la qualité des liens sociaux. Ceux-ci sont aujourd’hui gravement altérés par le processus d’individualisation qui caractérise le grand bazar planétaire d’une postmodernité à la fois triomphante et en panne de sens. Ah le sens…

L’un des seuls défis que la civilisation technique semble en peine de relever… Saisissons-le, les machines et les algorithmes ne le feront pas !

Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

R.O.C & Folk

dessin coupe du monde footballdessin_roc_johnny_heritage