Select Page

“Vent debout” : Yonaelle Stratman et Pierre-Yves Guinnais remplissent des pages contre l’oppression

“Vent debout” : Yonaelle Stratman et Pierre-Yves Guinnais remplissent des pages contre l’oppression
Advertisement

Destiné au jeune public, Vent Debout est un véritable plaidoyer pour la liberté d’expression et contre l’oppression. Un spectacle ingénieux gonflé de poésie brute.

À voir à Lille et en tournée, avant un mois de représentations au théâtre Artéphile, à Avignon (Off).

La compagnie Des Fourmis dans la Lanterne, créée en 2012 par les deux artistes marionnettistes Yonaelle Stratman et Pierre-Yves Guinnais, a joué en Corée du Sud en 2016. Ils ont alors eu connaissance, lors de ce voyage, de l’initiative d’une organisation sud-coréenne envoyant, attachées à des ballons, des milliers de clés USB pour faire découvrir aux Nord-Coréens les cultures du monde (film, musique, actualités) et combattre le régime.

Cette découverte leur a inspiré ce Vent Debout, véritable plaidoyer pour la liberté d’expression et contre l’oppression.

Liberté de création contre oppression

D’un moulin à vent démarre une tempête mémorable que les deux comédiens-marionnettistes ont bien du mal à contenir avant que n’apparaisse, luttant lui aussi contre le vent tout en évitant de voir son chapeau s’envoler, un vieil homme qui rentre chez lui avec difficulté.

Une fois dans sa maison, un intérieur immaculé de feuilles blanches, le vieil homme retrouve sa petite fille : Eona. Enfant rêveuse mais conditionnée par le monde tristement uniforme et silencieux dans lequel elle vit, dirigé par un vent invisible, elle n’ose écrire sur le carnet de son ventre tout ce qu’elle voudrait dire. Le vent est cet état totalitaire symbolisé par des sirènes, des projecteurs et une armée de moulins à vent, qui a – semble-t-il – banni la moindre expression chez sa population et règne avec autorité.

En s’égarant, Eona va bientôt faire la connaissance, de l’autre côté du mur, d’une enfant de son âge, Maya, avec qui elle va immédiatement sympathiser. La découverte chez Maya de dessins, tous différents, ouvre un nouvel horizon pour Eona, soudain enivrée de toutes ces variétés d’images, de la découverte de ce nouveau moyen pour traduire ses émotions et des possibilités infinies qui s’en dégagent. Tout peut s’inventer, le pouvoir de création est absolu. Maya lui fait découvrir la fantaisie, les couleurs, la joie… Tout ce qui fait le sel de la vie.

Une fois revenue chez elle, Eona ne peut s’empêcher, au grand dam de son grand-père, de dessiner à son tour pour se sentir enfin vivante. Elle est immédiatement repérée par le tout-puissant vent ; la punition est sans appel : elle est enfermée. Mais Maya ne l’abandonnera pas… Et le grand-père, autrefois craintif, à son tour se révoltera. Un air de liberté semble se profiler…

Un dispositif ingénieux et efficace

Autour d’un plateau réversible, planche pivotante qui sépare les deux mondes tel un mur (on pense évidemment à celui de Berlin ou encore à Gaza), Yonaelle Stratman et Pierre-Yves Guinnais ont conçu un spectacle ingénieux gonflé de poésie brute. Sans un mot, maniant avec dextérité et une précision impressionnante marionnettes et objets, ils déclinent, à l’aide de papiers dont ils font des merveilles, une histoire simple et universelle qui touche instantanément par l’émotion qu’elle dégage.

Impulsant des changements de rythmes habiles et surprenants, s’appuyant sur la composition musicale très évocatrice de Bernard Hoste et sur les différents supports (bloc-notes, ombres chinoises, silhouettes découpées de tailles différentes…), ils proposent un univers éminemment délicat et évocateur, à l’image de ce cerf-volant qui se dresse contre la barbarie et qui sera le moyen de communiquer de part et d’autre du mur. Ou bien encore la grâce d’un papier qui se transforme en papillon et devient vivant.

S’exprimer et résister

L’univers proposé par la compagnie Des Fourmis dans la Lanterne, mêlant les marionnettes à la poésie du papier ou du bois, donne à ce Vent debout une beauté délicate pour une fable qui parle à tous, petits (à partir de 7 ans) et grands.

Elle interroge sur la liberté d’expression et sur la résistance à l’oppression. L’histoire de ce monde sans couleurs et sans bruits, en rappelant des périodes noires de l’histoire tout en alertant sur la situation dans certains pays du monde, sensibilise subtilement les enfants à ces thèmes.

Un très beau spectacle qui dit avec force, à l’image de Maya qui parvient enfin à écrire sur son ventre, la nécessité vitale de s’exprimer et le droit à la liberté.

Nicolas ARNSTAM



Spectacle : Vent Debout

Création : 2017
Durée : 50 mn
Public : à partir de 7 ans

Écriture, création et interprétation :  Yoanelle Stratman et Pierre-Yves Guinnais
Aide à l’écriture, regard extérieur : Amalia Modica
Création sonore : Bernard Hoste
Création lumière : François Decobert
Illustrations : Célia Guibbert
Contact : cie.danslalanterne@gmail.com
Site internet : compagnie Des Fourmis dans la Lanterne

Crédits photographiques : Fabien Debrabandère



Où VOIR LE SPECTACLE ?

Spectacle vu L’Avant-Seine de Colombes le 5 avril 2019

24 au 26 avril 2019 : La Rose des vents, scène nationale Lille métropole à Villeneuve d’Ascq (59)
5 au 27 juillet 2019 à 10h15 : Artéphile (Avignon Off )

.

Cie Des Fourmis dans la Lanterne, Vent Debout



Découvrir toutes nos critiques de spectacles



 

 

Advertisement

1 Comment

  1. Le crédit photo de cet article est. : Fabien Debrabandère

Laisser un commentaire

Soutenez le Mag’

100% indépendant, gratuit et sans abonnement ! Soutenez votre journal !

Restez informé !

Facebook