Sélectionner une page

« Wildlife : une saison ardente »: élégance, sobriété, pudeur

« Wildlife : une saison ardente »: élégance, sobriété, pudeur
Publicité

En 1960, au Montana, sous les yeux de leur fils unique, un couple se déchire. Jerry (Jake Gyllenhaal) vient de perdre son emploi et sombre dans la dépression. Jeannette (Carey Mulligan) étouffe de devoir porter à bout de bras un ménage qui bat de l’aile. Joe (Ed Oxenbould), quatorze ans, aimerait avoir une adolescence normale.

Il y a deux façons de juger le premier film de Paul Dano, jeune acteur hollywoodien passé derrière la caméra, voué à une gloire précoce pour ses seconds rôles dans Little Miss Sunshine ou There Will Be Blood. La première est de bâiller d’ennui à ce film au rythme volontairement lent, à l’intrigue minimaliste, au sujet déprimant.

La seconde, au contraire, est de souligner son élégance, sa sobriété, sa pudeur. Car, si le divorce est un sujet cinématographique rebattu (de Kramer contre Kramer à Jusqu’à la garde en passant par Une Séparation, voire Mrs Doubtfire), on l’aura rarement filmé avec une telle sensibilité. Tout se passe dans les décors désolés d’un Montana automnal – qui n’est pas sans rappeler ceux tout aussi désolants du récent Certaines femmes de Kelley Reichardt -, merveilleusement éclairé par la très belle photographie de Diego Garcia.

L’action se déroule au tout début des années soixante, dans une Amérique conservatrice où Kennedy n’a pas encore succédé à Eisenhower. Les intérieurs proprets et ennuyeux rappellent les tableaux d’Edward Hopper.

Le personnage interprété par Carey Mulligan (pour laquelle je nourris une passion enflammée depuis son premier rôle dans Une éducation de Lone Scherfing) n’est pas sans rappeler ceux de ces femmes américaines filmées par Sam Mendes ou Todd Haynes, enfermées dans un quotidien sclérosant qui soudain se rebellent. Au début de Wildlife, on croit que l’histoire tournera autour de Jerry ; mais bientôt le récit se désaxe pour se focaliser sur Jeannette, ses frustrations, ses transgressions.

L’histoire est racontée du point de vue de Joe. Elle évite les scènes attendues, explosives ou larmoyantes. Elle nous réserve un épilogue inoubliable, intelligent, réconcilié.

Tony PARODI

 



Paul Dano, Wildlife : une saison ardente, États-Unis, 2018, 104mn

Sortie : 19 décembre 2018

Genre : drame

Classification : tous publics

Avec : Carey Mulligan, Jake Gyllenhaal, Ed Oxenbould, Bill Camp

Scénario : Paul Dano et Zoe Kazan, d’après le roman Une saison ardente de Richard Ford

Photographie : Diego Garcia

Montage : Matthew Hannam, Louise Ford

Musique : Susan Jacobs

Distribution : ARP Selection

En savoir plus sur le film avec CCSF : Wildlife : une saison ardente

.



Découvrir toutes nos critiques de films



 

Publicité

Laisser un commentaire

Soutenez le Mag’

100% indépendant, gratuit et sans abonnement ! Soutenez votre journal !

Restez informé !

Facebook