En 2014, Yorgos Loukos, directeur du ballet de l’opéra de Lyon, congédiait Karline Marion après six ans de CDD à cause de sa grossesse. La Cour d’appel vient de lui donner tort, en le condamnant pour discrimination au travail, mercredi 11 décembre dernier.

En 2014, Yorgos Loukos, directeur de la danse à l’Opéra de Lyon, congédie Karline Marion, après six ans de CDD, à cause de sa grossesse, arguant qu’elle n’est plus au niveau. Victime de discrimination, la danseuse saisit alors la justice qui tranche en sa faveur, en première instance, le 9 novembre dernier : le directeur du ballet de Lyon est condamné à six mois de prison avec sursis, 5 000 euros d’amende et 20 000 euros de dommages et intérêts pour « discrimination au travail » et « harcèlement ». Un jugement qualifié à l’époque de « ridicule » par l’intéressé.

Karline Marion avait accepté de sortir de son silence en répondant en exclusivité aux questions de Matthieu de Guillebon, pour sa première interview depuis la prononciation du verdict.

Lire l’interview complète de Karline Marion

.
Pour cette condamnation par la Cour d’appel, les faits de harcèlement n’ont finalement pas été retenus.

Pour Nicolas Cardoze et Isabelle Guillet, syndicalistes de la CGT, « ce jugement exemplaire vient récompenser le courage d’une artiste reconnue qui a osé affronter l’autorité abusive de son directeur dont le comportement sexiste et discriminant envers une femme est aujourd’hui enfin sanctionné ».  Ils demandent évidemment dans leur communiqué daté du 12 décembre, et selon les formulations d’usage, que les conséquences en soient tirées : « Monsieur Loukos ne peut pas rester à son poste après cette condamnation. Il doit quitter l’opéra immédiatement. »

.