Innovation – Une appli smartphone pour sécuriser les lieux culturels

L’état d’urgence et les nouvelles consignes ont entraîné une inflation considérable des moyens humains et logistiques pour protéger les spectateurs en cas de problème, dans les lieux recevant du public. La sécurité est devenue un enfeu majeur pour les organisateurs de manifestations culturelles et sportives. C’est pourquoi la société Reoliñ a conçu une application smartphone, afin de renforcer la sécurité et le bon déroulement de leurs événements.

Les grands festivals de musique bretons l’utilisent déjà ; d’autres régions envisagent de l’utiliser également.

La société Reoliñ propose une solution de gestion des risques sur les sites : Reoliñ 911. Déjà utilisé par les Vieilles Charrues et le festival Interceltique de Lorient, cet outil permet de centraliser les informations, de répartir les moyens d’intervention et d’optimiser la résolution des incidents. Il est largement plébiscité par les responsables de sécurité, les directeurs techniques et les différents services de secours : SDIS, Gendarmerie, Police Nationale, SAMU…

Une application pour s’adapter aux nouvelles attentes

Au cours des années, l’outil a gagné en fonctionnalités. Afin de répondre aux nouvelles attentes des utilisateurs, Reoliñ a toutefois fait évoluer sa solution en développant une application smartphone complémentaire. Elle permet le signalement direct d’incidents par l’ensemble des équipes sur le terrain : bénévoles, salariés, prestataires… L’information est immédiatement transmise aux services concernés, ce qui permet une réponse rapide et adaptée à la nature du problème. Avec ce nouvel outil, les organisateurs améliorent l’efficacité et la coordination de leur dispositif de sécurité.

La solution a été pensée « pour répondre spécifiquement aux problématiques de l’événementiel, en particulier des festivals : efficace et intuitive, elle permet à la fois le cloisonnement et le partage instantané des informations », explique Gaëlle Duquenne, responsable de la communication du logiciel. Elle permet par ailleurs « une prise en main facile, par des équipes parfois néophytes, arrivant sur place au dernier moment ».

Une coordination efficace des services d’intervention

Le logiciel Reoliñ 911 est né d’une demande des organisateurs du festival des Vieilles Charrues. « Ils souhaitaient mettre en place un système centralisé et globalisé de traitement des incidents sur site, via un centre d’appel, raconte Gaëlle Duquenne. Pour répondre à cette demande, nous avons créé une solution en ligne sécurisée, permettant la saisie de « tickets » comportant toutes les informations relatives à l’incident signalé : localisation et description de l’incident, caractère prioritaire ou non, coordonnées de l’appelant et réponse apportée. » Chaque ticket est ensuite transmis aux interlocuteurs concernés : services techniques, de secours, de sûreté ou encore pompiers ou gendarmerie. Chaque service a ainsi accès à tous les incidents le concernant.

« Les retours utilisateurs sont très positifs et semblent parfaitement correspondre aux réalités fonctionnelles de nos clients, assure Gaëlle Duquenne. Cela est non seulement lié à notre connaissance du terrain de l’événementiel, mais aussi aux liens étroits de collaboration que nous développons avec les organisateurs ». Si bien que des solutions sont parfois créées sur mesure, en fonction de demandes ou de contraintes spécifiques.

Les services de l’État (préfecture, SDIS, gendarmerie nationale) s’y sont également mis lors d’événements d’envergure, grâce à l’accès immédiat au signalement des incidents que l’outil permet. « De l’avis général, le vrai plus de Reoliñ 911 réside dans l’amélioration de la coordination des services d’intervention. »

Une application réservée aux professionnels

Il a été convenu que l’application serait réservée aux équipes de l’événement, afin de garder l’efficacité de l’outil. En effet, une application grand public présente le risque de surcharger le système par des signalements nombreux, parfois inadaptés, et de fausses alertes. Il faudrait alors élaborer une structure de filtrage de l’information, lourde et compliquée à gérer. « Il n’est pas exclu qu’elle soit un jour ouverte aux spectateurs, précise la chargée de communication, mais les conditions ne s’y prêtent pas encore ».

Les Nuits Sonores, à Lyon, ont d’ores et déjà manifesté leur intention de faire appel à Reoliñ. L’application peut en effet s’adapter à toutes les manifestations culturelles, selon la structure organisationnelle, le type de lieu… La seule condition est d’avoir un accès à internet.

La seule limite d’une telle initiative est évidemment technique : en cas de problème technique ou de panne de réseau, la vigilance et l’efficacité des moyens humains ne sauraient être remplacées.

Louise ALMÉRAS

728×90
728×90

Related posts

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :