Select Page

Les BIS de Nantes : l’événement majeur des arts de la scène

Les BIS de Nantes : l’événement majeur des arts de la scène
Advertisement

Les huitièmes Biennales Internationales du Spectacle (BIS) auront lieu les 17 et 18 janvier prochains à la Cité des Congrès de Nantes. Considérées comme le rendez-vous incontournable des acteurs du milieu du spectacle vivant, elles seront l’occasion d’aborder les grands sujets de débat et de favoriser les rencontres entre professionnels. Tous les arts y sont représentés, du cirque à la musique, sans oublier le théâtre. Rencontre avec son fondateur, Nicolas Marc.

Un événement unique à échelle internationale

Celui qui est à l’initiative de ces rencontres du spectacle et les dirige depuis a vu grand. Nicolas Marc souhaitait faire des BIS de Nantes une plate-forme où se réunissent de nombreux professionnels de différents pays. « Le public est national et même international, avec plus de 50 pays représentés, explique-t-il. C’est assurément un événement attendu par de nombreux professionnels et un accélérateur de projets ». En 2016, 53 pays étaient représentés et 12 300 visiteurs comptabilisés. Sur deux journées seulement, le résultat est assez réussi. Selon lui, « il n’y a pas d’équivalent à l’international » pour la filière du spectacle vivant, ce qui en fait un événement « incontournable ».

La particularité des BIS est d’être « une « photographie » de l’écosystème du spectacle vivant, rythmée par de nombreux débats et ateliers, en plus des exposants », au nombre de 320 cette année. Avec 60 ateliers-projets et 30 spectacles, elles ont aussi « pour atout de réunir toutes les disciplines des arts de la scène », insiste Nicolas Marc.

Les professionnels étrangers peuvent ainsi « faire des rencontres utiles pour développer leurs relations avec la France et se tenir informés des projets et des méthodes de travail de leurs homologues français », dont le modèle culturel demeure singulier dans le monde.

Au cœur des débats spectaculaires

Les défis majeurs du milieu du spectacle vivant seront abordés à l’occasion de plusieurs dizaines de forums et de deux grands débats. De la réforme des collectivités territoriales aux mutations du secteur de la musique, les sujets sont nombreux.

Les nombreuses thématiques abordées lors de cette édition questionneront aussi « le modèle culturel français, avec ses atouts et ses points d’amélioration ».

Profession Spectacle organisera d’ailleurs, le jeudi 18 janvier à 16h, un atelier intitulé : « Une économie sociale du spectacle est-elle possible ? ». Modérée par Pierre Monastier, rédacteur en chef de notre média, la table-ronde réunira le conseiller culturel Bernard Latarjet, la présidente de l’Ufisc Stéphanie Thomas et le statisticien Philippe Kaminski.

« On y parlera également de la diffusion des spectacles, de l’export, du jazz et des musiques du monde, ou encore du dossier crucial de la Maison commune de la musique », poursuit le créateur des BIS de Nantes.

Nécessité de préparer sa venue

À cette occasion, l’objectif est aussi de capter les nouvelles tendances et de découvrir de nouveaux talents de la scène. Les BIS ne se limitent pas à permettre une représentativité honnête et ambitieuse de la diversité des arts, mais encouragent encore les liens professionnels potentiels. Pour cette raison, les professionnels qui assistent aux BIS sont autant des artistes que des porteurs de projets, producteurs et agents artistiques, enseignants et dirigeants de théâtre ou de salles de spectacles.

Le rythme étant dense, il faut donc savoir au préalable pourquoi s’y rendre et quelles personnes rencontrer pour optimiser son déplacement. Les opportunités de rencontres sont nombreuses et riches, et les deux jours (période assez courte) sont un moyen de renforcer leur efficacité ainsi que celles des réflexions développées pendant les débats.

Tendances et évolutions

Les visiteurs peuvent ainsi rencontrer « de nombreux professionnels, institutionnels et partenaires, qui composent leur environnement professionnel immédiat, dans tous les secteurs artistiques : théâtre, danse, musique, cirque, arts de la rue ». Le but est de pouvoir « échanger et confronter leurs expériences et leurs projets ».

À travers les grands débats et les forums, ils peuvent nourrir leur réflexion en étant ainsi « informés des tendances et évolutions du spectacle vivant », soutient Nicolas Marc. Enfin, selon lui, les exposants sont un moyen de « découvrir les produits, services, éditions et formations de ceux qui les accompagnent au quotidien ». Depuis la création des BIS en 2004, le nombre de participants est passé de 3 400 à 12 000, « un indicateur intéressant de leur impact dans la profession », souligne son fondateur. Preuve aussi de l’importance croissante de la manifestation : toutes les dernières ministres de la culture s’y sont rendues.

La huitième édition sera notamment marquée par la célébration des dix ans de la « Place des Tournées », qui verra le nombre de ses tourneurs et de ses producteurs renforcé.

Louise ALMÉRAS



ATELIER « ESS & CULTURE » AUX BIS DE NANTES
18 JANVIER 2018 À 16H

Dans le cadre des BIS de Nantes, le 18 janvier prochain, Profession Spectacle organisera un atelier sur le thème : « Une économie sociale du spectacle est-elle possible ? » Il réunira :

  • Philippe Kaminski, ancien président de l’ADDES et actuel représentant en Europe du Réseau de l’Économie Sociale et Solidaire de Côte d’Ivoire (RIESS)
  • Bernard Latarjet, conseiller culturel, auteur d’un rapport sur ESS & Culture pour la Fondation Crédit Coopératif
  • Stéphanie Thomas, présidente de l’Ufisc

Atelier modéré par Pierre Monastier, rédacteur en chef de Profession Spectacle.



 

Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

R.O.C & Folk

dessin coupe du monde footballdessin_roc_johnny_heritage