Instant classique – 12 août 1644… 376 ans jour pour jour. Aujourd’hui, les amis, c’est l’anniversaire de Biber… Pour celles et ceux d’entre vous (mais y en a-t-il ??) qui se mettraient à crier façon loup de pleine lune : « Justiiiiiiiiin », je dis halte-là. Vous n’y êtes pas. Mon Biber à moi a 376 ans et non pas 26.

C’est un compositeur né en Bohême, alors dans le Saint-Empire romain germanique, à Wartenberg. Il reçoit très jeune une formation de violoniste et entre au service du prince-évêque d’Olmütz. Il n’a pas trente ans lorsqu’il est recruté par le plus puissant prince-évêque de Salzbourg et deviendra son maître de chapelle quelques années plus tard. Sa réputation deviendra assez grande pour que l’empereur l’anoblisse en 1690.

Il gardera longtemps l’image de plus grand violoniste de son temps, ce qui explique aussi qu’une très grande partie de sa production soit destinée à cet instrument, jusqu’à sa mort en 1704.

C’est aussi pourquoi je vous propose cette jolie Passacaille, qui constitue le finale de de ses quinze Sonates du Rosaire, monument de virtuosité à l’époque et qui reste son chef-d’œuvre le plus emblématique, ici jouée par Andrew Manze.

Cédric MANUEL



Un jour… une œuvre musicale !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »