Instant classique – 18 août 1813… 88 ans jour pour jour. C’est vrai, ça, à la fin ! Mais bon, on sait que les ados, à seize ans, ne sont pas forcément les plus soigneux ni les plus attentifs. C’est peut-être aussi le cas de Schubert, qui écrit son cinquième quatuor à cet âge, en deux mois, durant l’été 1813.

Car il manque les deux mouvements centraux, et ils sont sans doute perdus. Il est très probable pourtant que Franz Schubert les ait écrits aussi, mais ils sont introuvables. C’est malin, ça, tiens. Fouillez donc vos vieux greniers, harcelez les brocanteurs, peut-être qu’on les retrouvera au fond d’une bibliothèque, ces deux morceaux !

En tout cas, les deux mouvements qui nous restent et que vous entendrez ici sont tout à fait intéressants et nous font mesurer ce qu’aurait pu donner le quatuor dans son ensemble.

Les deux sont donc marqués « allegro », ce qui est logique puisqu’il s’agit de toute évidence des deux mouvements extrêmes du quatuor. Le second, qui est précisément daté du 18 août, rappelle indubitablement Haydn par son espièglerie et le tout est plein de fraicheur et d’énergie.

Après ce joli coup, Schubert ne va pas se reposer sur ses lauriers : quatre jours plus tard, il entame un nouveau quatuor…

Cédric MANUEL



Un jour… une œuvre musicale !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »