Instant classique – 27 janvier 1794… 26 ans jour pour jour. Mais oui, elle a triomphé, la République ! Et fort heureusement, même si elle a mis le temps et non sans vicissitudes.

Bon, évidemment, lorsque François-Joseph Gossec compose son opéra/oratorio en un acte, Le triomphe de la République ou le camp de Grand-Pré, c’est plutôt la version guillotine du sinistre Robespierre et de ses âmes damnées qui fait office de principe républicain. Mais Gossec, qui avait rallié les idées de la Révolution et dirigeait la musique de la Garde nationale, choisit de célébrer dans son œuvre la victoire de Valmy, au moment même où la Première République est proclamée.

Patriotique et garnie de chants révolutionnaires, comme on peut l’imaginer, l’opéra est une exaltation des idéaux républicains et de la liberté. Gossec en tire peu après une suite pour orchestre en reprenant les différents thèmes, avec notamment le fameux « Tambourin », dans une partition tout à fait dans son temps, très dansante et optimiste, ici interprétée – de façon assez inattendue – par l’orchestre de la radio finlandaise dirigée par Sakari Oramo, eh oui !

Cédric MANUEL



Un jour… une œuvre musicale !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »