Select Page

3 août 1829 : le chant lyrique du cygne de Rossini

3 août 1829 : le chant lyrique du cygne de Rossini
Advertisement

Instant classique – 3 août 1829… 189 années jour pour jour. Après le grand succès de son Comte Ory un an plus tôt, Gioachino Rossini avait repoussé la proposition du librettiste Scribe d’un Gustave III ou le Bal masqué dont se saisira Verdi 30 ans plus tard, avant finalement de choisir la tragédie de Schiller, Guillaume Tell.

Étienne de Jouy en tire un premier livret énorme que son collègue Hippolyte Bis réduit et cisèle, aboutissant à un poème très réussi. Pour la musique, le génie se surpasse, élaborant un gigantesque chef-d’œuvre de quatre à cinq heures selon les coupures, très fréquentes.

La première, Salle Le Peletier à Paris, ce 3 août 1829, n’est qu’un succès d’estime et Gioachino Rossini récoltera surtout la Légion d’Honneur. L’œuvre reste néanmoins au répertoire très longtemps, plus ou moins charcutée et plutôt dans sa traduction italienne, moins réussie, avant de connaître une longue éclipse au XXe siècle.

Malgré les importants moyens qu’elle requiert, elle revient peu à peu ces dernières années, et cette fois plutôt en français (Paris, Munich, Pesaro…).

Tout le monde sait que cet opéra est le tout dernier composé par Rossini, à qui il restait pourtant près de quarante ans à vivre. Son silence musical ne fut pas total, fort heureusement, mais sa carrière lyrique se refermait avec ce merveilleux hymne à la liberté qui clôture l’œuvre. On s’est beaucoup perdu en conjectures, explications, analyses sur les raisons de ce renoncement, annoncé pourtant dès avant la première. La correspondance de Rossini est cependant claire : il n’avait tout simplement plus envie.

Voici le splendide crescendo final de ce chef-d’œuvre, ici à la Scala de Milan et en italien, pour souhaiter un “buon compleanno” à Riccardo Muti, qui a fêté il y a quelques jours son 77e anniversaire et qui dirige avec sa tension et son énergie coutumières cette production de 1988.

Retenons les derniers mots de Rossini pour l’opéra : en français, « Liberté, redescends des cieux » et dans la version italienne, « Sulla terra, libertà ». On ne saurait mieux dire.

Cédric MANUEL



À chaque jour son instant classique !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »



 

Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

R.O.C & Folk

dessin coupe du monde footballdessin_roc_johnny_heritage