Instant classique – 8 août 1774… 246 ans jour pour jour. Mozart a composé une assez grande quantité de messes brèves, et franchement on le remercie de considérer qu’une messe puisse être brève ! Rien que durant l’été 1774, il en fait deux coup sur coup et il achève la seconde le 8 août 1774. Il faut ajouter entre les deux un Dixit dominus écrit en juillet.

Ce n’est pas seulement par plaisir, mais pour les besoins de la chapelle archiépiscopale, puisqu’il est déjà au service du redoutable prince-archevêque de Salzbourg, Hyéronimus Colloredo, le vilain et sévère méprisant qu’on voit dans Amadeus. Pour ces messes, y compris celle du 8 août donc, Wolfgang Amadeus Mozart choisit un effectif réduit pour l’orchestre : les cordes et un orgue, avec lesquels il produit pourtant d’excellents effets, du haut de ses dix-huit ans. C’est une très jolie petite œuvre sacrée, légère comme une plume, dont l’Agnus dei conclusif est particulièrement intéressant, je trouve.

Nikolaus Harnoncourt a enregistré cette petite messe sans trop se presser (ce qui ne fait pas pour autant dépasser les vingt minutes à cette messe vraiment brève), avec beaucoup d’esprit : voici.

Cédric MANUEL



Un jour… une œuvre musicale !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »