Belfort : création de l’Académie européenne des marionnettes

Belfort : création de l’Académie européenne des marionnettes
Publicité

Un nouveau lieu de résidence et de création entièrement dédié à la marionnette voit le jour en Bourgogne-Franche-Comté, porté par la scène nationale du Grrranit et le théâtre de marionnettes de Belfort.

Alors qu’un treizième label de la création artistique consacré à la marionnette (CNMA) vient d’être officialisé par le ministère de la Culture, la scène nationale du Grrranit et le théâtre de marionnettes de Belfort s’associent pour créer l’Académie européenne des marionnettes, dont la marraine est la marionnettiste Yngvild Aspeli.

Lieu de résidence et de création inauguré début octobre, en quoi consiste ce nouveau projet porté par ces deux structures ? Qu’apporte-t-il aux artistes marionnettistes ?

Un partenariat fécond…

Créé par Jean-Paul Lang il y a quarante ans et dirigé par son fils Antonin Lang, le théâtre de marionnettes de Belfort pourrait à l’avenir allonger la liste des sept lieux reconnus “centres nationaux de la marionnette en préparation”.

Équipe du Théâtre de marionnettes de Belfort (© Morgane Macé)

Équipe du Théâtre de marionnettes de Belfort (© Morgane Macé)

Cette labellisation n’est toutefois pas – encore – à l’ordre du jour. « Le nombre de lieux et de compagnies est encore insuffisant en Bourgogne-Franche-Comté, explique Jean-Paul Lang. Si nous bénéficions du soutien de la DRAC et de collectivités, nous cherchons à fédérer autour de nous d’autres partenaires. Les conditions actuelles ne sont pas encore réunies pour la labellisation. »

Leur partenariat avec le Grrranit n’en est pas moins prometteur, permettant d’accueillir un plus large public, notamment lors du Festival international de la marionnette. « J’ai souhaité travailler avec eux, rappelle Eleonora Rossi, directrice de la scène nationale de Belfort. Je coproduis avec eux six spectacles pendant le festival, qui n’avait encore jamais été accueilli au Grrranit. »

… créé par les artistes, pour les artistes

Au sein du pôle résidences et créations du Grrranit, la nouvelle académie est dédiée à l’accompagnement d’artistes régionaux, français et européens. « Ils sont quatorze participants cette année, précise-t-elle. Tout est fait pour faciliter leur candidature, il suffit d’une page, du nom de la compagnie et d’une vidéo. »

Qu’on ne s’y méprenne pas, il ne s’agit pas d’une école. « L’Institut international de la marionnette à Charleville-Mézières le fait déjà très bien [avec l’ESNAM, école nationale supérieure des arts de la marionnette NDLR], même s’il y a en revanche un manque à la sortie des écoles », pointe la directrice pour qui il importe d’accueillir des marionnettistes de toutes les générations.

Alors que comprendre avec ce vocable d’« académie » ? Il fait davantage référence aux philosophes grecs. « Comme à lacadémie de philosophie de Platon, c’est un endroit où l’on apprend par le dialogue et la confrontation », explique-t-elle.

Bourses festivals et ambassadeurs

Sa spécificité est d’instaurer un système d’invitations professionnelles. « Les bourses pour les festivals consistent à donner de l’argent à un marionnettiste qui part découvrir un festival européen de son choix, détaille Eleonora Rossi. Il peut ainsi promouvoir son spectacle, aller en voir, puis revenir et conseiller l’équipe sur ceux qu’il est possible de programmer. On lui donne même une enveloppe pour qu’il puisse inviter quelqu’un. »

L’initiative valorise ainsi les échanges, en plus des missions d’ambassadeurs mises en place et des laboratoires numériques prévus.

Par leur collaboration, le Grrranit et le théâtre de marionnettes de Belfort mènent de nombreuses actions, parallèlement à une reconnaissance de cet art qui se construit sur le plan national et qui en permettra une meilleure diffusion.

Morgane MACÉ

Correspondante Bourgogne-Franche-Comté

.



 

Newsletter

Sélectionner une ou plusieurs listes :
Publicité

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.