Select Page

Claude Vonin : des cordes et du rythme

Claude Vonin : des cordes et du rythme
Advertisement

[vc_row][vc_column][vc_empty_space][/vc_column][/vc_row][vc_row full_width= »stretch_row »][vc_column width= »1/4″][vc_single_image image= »7074″ img_size= »large » alignment= »center » style= »vc_box_shadow_3d » onclick= »zoom »][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_column_text]

Totus Cordus

[/vc_column_text][vc_empty_space height= »15px »][vc_column_text]La générosité de Claude Vonin est à la hauteur de ses nombreux talents déployés sur la scène théâtrale. Le violoniste aux quatre premiers prix de conservatoire propose un voyage original à travers les époques et les continents, à la découverte de son instrument de prédilection. Si la forme du spectacle musical est dorénavant rebattue – pas moins d’une dizaine de propositions lors du dernier festival off d’Avignon ! –, rares sont ceux qui, comme lui, proposent une œuvre alliant l’érudition de l’historien, le talent du conteur, la virtuosité du musicien et l’humour ravageur du clown.[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/4″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_empty_space height= »50px »][cq_vc_imageaccordion images= »6193,7690,7689,7688,7687″ elementheight= »600″][/cq_vc_imageaccordion][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_empty_space][/vc_column][/vc_row][vc_row css= ».vc_custom_1444118209254{margin-right: 20px !important;margin-left: 30px !important;} »][vc_column][vc_column_text]Voyage burlesque…

Lorsque Théodore Cordus entre en scène, nous mettons un peu de temps à réaliser que nous jouons l’auditoire de ce professeur d’ethnomusicologie à la verve haute et au débit rapide. Il nous met à contribution d’emblée, trop vite peut-être, puisque nous n’entrons dans son univers foisonnant que progressivement. À défaut de respecter notre temporalité, le comédien-professeur-interprète a pour lui un rythme soutenu, en bon musicien, et des mimiques désopilantes, en excellent comédien. Les terres lointaines apparaissent à l’horizon : nous voici soudain partageant la caverneuse intimité des hommes préhistoriques, parcourant les îles d’Asie et les salons persans, le conservatoire de Cordoue et la cour d’Aquitaine, les ateliers italiens et les temples allemands. En dix tableaux et autant d’anecdotes fictives, mais rigoureusement ancrées dans l’histoire, nous découvrons les premiers instruments à cordes : le boyau musical, l’erhu, le rabab, la viole, la pochette… jusqu’au majestueux violon. À chaque continent son ambiance lumineuse, souvent convenue, et qui ne demande qu’à être affinée davantage.

… et poésie intérieure

Claude Vonin croque les personnages par des accents parfaitement exécutés : ses imitations de Lully et du professeur ben Salaam, pour n’en citer que deux, provoquent une hilarité bienfaisante. Les instruments sont accompagnés d’un fond sonore qui soutient la partition, jusqu’à ce que le violon émerge seul, sans accompagnement, royal et délicat. Il le laisse résonner face à un public qui ne rit plus mais goûte le son pur qui peu à peu remplit la salle. Le mime laisse la place au poète lorsqu’il initie son auditoire à la musique de Vivaldi – probablement le plus beau moment du spectacle –, avant de le guider vers l’intériorité avec Bach. Les lumières de la salle s’éteignent doucement ; restent la flamme fébrile mais vivante de la bougie, et les vibrations de l’archer sur les cordes.

Généreux, Claude Vonin l’est de bout en bout, jusqu’à sa reprise du virtuose Paganini. Et lorsque les derniers applaudissements retombent, alors qu’il s’apprête à regagner l’ombre des coulisses, il répond violon en main à un spectateur qui lui crie de manière impromptue : « Un dernier morceau ! »

 

Pierre MONASTIER

[/vc_column_text][vc_empty_space][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_text_separator title= »Casting » title_align= »separator_align_left » color= »custom » border_width= »8″ accent_color= »#dd0000″][vc_empty_space height= »20px »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/4″][cq_vc_cubebox frontfullimage= »6193″ fronttitle= »Claude Vonin » backtitle= »Comédien / Musicien » rotatecube= »0″ cardstyle= »customized » frontbg= »#dd0000″ backbg= »#dd0000″][vc_empty_space height= »20px »][/vc_column][vc_column width= »1/4″][/vc_column][vc_column width= »1/4″][/vc_column][vc_column width= »1/4″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_text_separator title= »Dossier Technique » title_align= »separator_align_left » color= »custom » border_width= »8″ accent_color= »#dd0000″][vc_empty_space][vc_column_text]Avis technique

Le spectacle ne demande que peu de main d’œuvre : l’installation et le rangement du décor, entièrement pris en charge par le comédien, n’exigent qu’une petite heure. Seul matériel à fournir : un fauteuil et un présentoir sur lequel Claude Vonin expose ses instruments. Il n’est que le jeu de lumières pour réclamer la présence d’un régisseur. Avec son prix raisonnable et le fait qu’il s’adresse à tous les publics, nul doute que Totus cordus est une opportunité pour les théâtres en quête de spectacles de qualité.

Informations pratiques

  • Tout public.
  • Un seul comédien : Claude Vonin.
  • Installation et rangement : 1h à chaque fois.
  • Durée du spectacle : entre 1h15 et 1h45 selon les possibilités.
  • Coût du spectacle : 1200€ HT.
  • Site Internet www.totuscordus.com
  • Chargée de diffusion : Aurélie Michel au 06 65 65 49 36 ou via.culture.2014 [@] gmail.com

Télécharger le Dossier de presse (+ fiche technique).

[/vc_column_text][vc_empty_space][vc_text_separator title= »FIN » color= »custom » border_width= »8″ accent_color= »#dd0000″][vc_empty_space][/vc_column][/vc_row]

Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

Nous soutenons …

affiche barcelone en scene à paris theatreaffiche Quand on sait