fbpx

Sélectionner une page

“Comme si de rien n’était” d’Eva Trobisch : un film incisif et brillant sur le viol

“Comme si de rien n’était” d’Eva Trobisch : un film incisif et brillant sur le viol
Publicité

Grâce à un scénario très travaillé, écrit avant le déclenchement du mouvement #metoo, Comme si de rien n’était nous saisit par son analyse sur le déni, le consentement et le droit à l’autodétermination. Un regard incisif d’Eva Trobisch, une jeune réalisatrice déjà brillante.

.

Il est difficile de déterminer précisément quel est le sujet du premier film de la réalisatrice allemande Eva Trobisch, le déjà multi-primé, Comme si de rien n’était. Un film sur le déni, sur le consentement, sur le droit à l’autodétermination de ses sentiments et de ses actes, et des réponses à apporter à ceux d’autrui ? Difficile à dire car ce film complexe pose plus de questions qu’il n’apporte de solutions.

Janne (sublimement interprétée par Aenne Schwarz) vit harmonieusement en couple avec Piet (Andreas Döhler). Invitée à une soirée arrosée d’amicale d’anciens étudiants, Janne est, après celle-ci, violée par Martin (Hans Löw).

En cas de viol une « excuse » souvent servie est : « j’étais et/ou elle était bourrée ».

C’est bien dans ce cadre que le drame se produit. Un « ami » trop entreprenant passe à l’acte malgré le refus de la femme. Le film retrace alors la sidération, le déni de cette femme qui, malgré les (timides) questions de son entourage, va nier ce qui lui est arrivé. Cependant, on s’aperçoit vite que cette attitude relève aussi d’un choix délibéré. Minimiser l’importance de cet acte permet à Janne de « dominer » son violeur en le rabaissant, car elle lui montre ainsi son insignifiance.

Le cas de Janne est emblématique de ce que peuvent vivre les femmes dans ces circonstances. La double peine de subir puis d’avoir à raconter ce qu’elles ont subi. La voie qu’a choisie Janne serait donc : « tu m’as violée, et alors ? Je refuse d’assumer le rôle de victime, par contre, toi, le remords te poursuivra jusqu’à la fin de tes jours ». Car une des forces du film est de présenter un violeur presque « gentil », qui regrette son geste, loin de l’imagerie de l’homme violent surgissant brutalement au coin du bois.

En faisant ce choix, la réalisatrice, s’aidant d’une mise en scène minimaliste, dénonce encore plus fortement un comportement inacceptable et inadmissible. Une sorte de viol mondain, « comme si de rien n’était », qui est finalement ce que cette phrase dénonce, et pas du tout la « sidération » de la femme. Car c’est bien le chemin parcouru avant et surtout après le crime qui intéresse la cinéaste.

Grâce à un scénario très travaillé, écrit avant le déclenchement du mouvement #metoo, on ne peut qu’être saisi à la vision du film par l’analyse qui y est exposée. Un regard incisif d’une jeune réalisatrice déjà brillante.

Laurent SCHÉRER

 



Eva Trobisch, Comme si de rien n’était, Allemagne, 2019, 93mn

Sortie : 3 avril 2019

Genre : drame

Classification : tous publics

Titre original : Alles ist gut

Avec Aenne Schwarz, Andreas Döhler, Hans Löw, Tilo Nest, Lina Wendel, Lisa Hagmeister, Christian Heiner Wolf, Falk Rockstroh

Distribution : Wild Bunch Distribution

En savoir plus sur le film avec CCSF : Comme si de rien n’était

.



Découvrir toutes nos critiques de films



 

Publicité

Laisser un commentaire

Soutenez le Mag’

100% indépendant, gratuit et sans abonnement ! Soutenez votre journal !

Restez informé !