Select Page

« Corpo Elétrico » : Brésilien et (dé)culotté

« Corpo Elétrico » : Brésilien et (dé)culotté
Advertisement

Elias a vingt-cinq ans à peine. Il vient d’arriver à São Paulo. Ses journées sont bien occupées : il exerce des fonctions d’encadrement dans une usine textile aux côtés de la patronne. Mais ses soirées ne le sont pas moins : Elias multiplie les rencontres et les conquêtes masculines.

affiche film Corpo EletricoLe cinéma brésilien nous réserve de belles surprises. « Aquarius » – dont Marcelo Caetano avait dirigé le casting – avait enthousiasmé la Croisette en 2016 et emporté un beau succès en salles (156.000 entrées en France). « Gabriel et la montagne » nous entrainait en 2017 en Afrique orientale sur les pas d’un étudiant brésilien idéaliste. « Les bonnes manières » osait en 2018 le film vampire lesbien.

« Corpo Elétrico » ne trouvera pas sa place dans ce palmarès. Mais ce n’est pas faute de qualités.

« Corpo Elétrico » est un film dyonisiaque qui exalte sans tabous la joie de vivre et d’aimer. D’ailleurs il aurait pu sans rougir détourner à son profit le titre de Christophe Honoré : Plaire, aimer et coudre.

Corpo Elétrico n’est pas sans rappeler « Mektoub my love ». Comme Abdellatif Kechiche, Marcelo Caetano filme les corps, leur beauté solaire, leur sensualité provocatrice. Comme Kechiche, Caetano aime filmer des groupes de jeunes qui se croisent et se frôlent. Il le fait parfois avec un peu trop d’afféterie : ainsi de ce long traveling arrière dans les rues de São Paulo où Elias et ses amis déambulent d’un bon pas. Mais il faut lui reconnaître le don rare de réussir à capter la vie comme elle va.

« Corpo Elétrico » a les défauts de ses qualités. Son refus du dramatique lui fait parfois friser l’insignifiance. Son goût prononcé pour les scènes de groupes l’empêche d’isoler les caractères. Sa manie d’étirer les plans tourne parfois à la pose. Sous ses aspects faussement cool, il n’en reste pas moins un film politique en affirmant que les différences de race et de sexualité, que les inégalités de classes peuvent se dissoudre dans un hédonisme post-moderne. (Dé)culotté.

 

Tony PARODI



Marcelo Caetano, Corpo Elétrico, Brésil, 2017, 94min

  • Sortie : 16 mai 2018
  • Genre : Drame
  • Classification : Tous publics avec avertissement
  • Avec Mc Linn Da Quebrada, Marcia Pantera, Ronaldo Serruya, Ana Flavia Cavalcanti, Welket Bungué, Lucas Andrade, Kelner Macêdo
  • Scénario : Marcelo Caetano, Gabriel Domingues, Hilton Lacerda
  • Image : Andrea Capella
  • Montage : Frederico Benevides
  • Musique : Marcelo Caetano, Ricardo Vincenzo
  • Distribution : Optimale

En savoir plus sur le film avec CCSF : Corpo Eletrico

film corpo eletrico



Découvrir toutes nos critiques de films



Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

R.O.C & Folk

dessin coupe du monde footballdessin_roc_johnny_heritage