La deuxième édition des États généraux des festivals va se tenir en clôture du Printemps de Bourges, le 28 juin prochain. 

Peu après le remaniement ministériel qui a vu Franck Riester quitter la rue de Valois pour être remplacé par Roselyne Bachelot, celle-ci lançait les États généraux des festivals, dont une première édition a eu lieu à Avignon, les 3 et 4 octobre derniers.

Ce premier rassemblement, selon un communiqué du ministère, aurait « permis de répondre aux questions des professionnels sur la crise sanitaire et d’échanger avec eux autour de thématiques majeures pour les festivals comme le développement durable, la coopération territoriale ou le parcours des artistes ».

C’est dans cette dynamique que s’inscrit cette seconde édition, qui aura lieu dans le cadre du Printemps de Bourges, initialement prévu du 4 au 9 avril 2021, et finalement reporté du 23 au 27 juin, avec des jauges réduites, à la suite des restrictions imposées par le gouvernement en raison de la crise sanitaire.

L’enjeu est de faire un point, près de neuf mois après l’édition avignonnaise et alors que les politiques demeurent prudents devant une pandémie qui continue de frapper.

Le ministère de la Culture annonce trois présentations : « les résultats d’une enquête socio-économique et sur les publics des festivals », « un projet de cartographie des festivals dans trois régions pilotes » et « l’analyse de la prise en compte du développement durable par les festivals ».

La concentration dans le secteur des musiques actuelles, qui concerne un certain nombre de festivals, a par ailleurs fait l’objet d’une étude par l’Autorité de la concurrence, qui viendra à Bourges présenter son travail.

.