Select Page

« Eva » : comme un parfum de Chabrol

« Eva » : comme un parfum de Chabrol
Advertisement

Bertrand Valade (Gaspard Ulliel) est un usurpateur. Il n’a pas écrit Mot de passes, la pièce de théâtre qui lui vaut le succès du public et l’admiration de sa fiancée (Julia Roy) ; il l’a volée à un dramaturge mourant dont il était le giton.

★☆☆☆

Pressé par son agent (Richard Berry), Bertrand Valade doit écrire une nouvelle pièce et ne sait pas s’y prendre. À l’occasion d’un voyage à Annecy, il y rencontre Eva (Isabelle Huppert), une prostituée de luxe. Il croit pouvoir faire de l’attraction qu’elle exerce sur lui le sujet de sa prochaine œuvre.

Remake, désillusion et surprise

Affiche de Eva, film de Benoît Jacquot, avec Gaspard Ulliel et Isabelle HuppertLe dernier film de Benoît Jacquot est assassiné par la critique – à l’exception de Télérama. Le Figaro y voit un « remake inutile du film de Joseph Losey »Eva (1962) avec Jeanne Moreau, à ne pas confondre avec Eve (1950) de Joseph Mankiewicz avec Marilyn Monroe. Libération assassine un film « congelé par son manque d’audace ». Le JDD pointe « l’intrigue nébuleuse » et « le manque de tension ».

C’est donc sans trop d’illusion que je me suis glissé dans les rangs clairsemés d’une salle bien modeste, dont Eva risque fort d’être déprogrammé dès sa deuxième semaine d’exploitation. Avec d’autant moins d’illusion que je n’aime guère les deux acteurs principaux : Isabelle Huppert, qu’on voit décidément trop (je l’avais vu la veille dans La Caméra de Claire… ce qui révèle de ma part un masochisme inquiétant), et Gaspard Ulliel, dont je tiens le César du meilleur acteur l’an passé, grâce à Juste la fin du monde, pour une escroquerie.

Comme il était paradoxalement prévisible, j’ai été plutôt agréablement surpris. Eva n’est pas un inoubliable chef-d’œuvre, mais pas non plus le navet annoncé.

On y retrouve…

On y retrouve le parfum claustrophobe des drames bourgeois de Claude Chabrol – qui, lui aussi, avait beaucoup fait tourner Isabelle Huppert (Violette Nozière, La Cérémonie, Rien ne va plus, L’Ivresse du pouvoir…).

On y retrouve ce mélange de snobisme parisien et de provincialisme, dans une intrigue qui multiplie « métronomiquement » les allers-retours entre la capitale et les Alpes, condamnant le spectateur, comme les vaches, à regarder les trains passer dans un sens puis dans l’autre.

On y retrouve la tension maintenue entre le mélodrame et le polar. Pour ses paysages enneigés, ses chalets cossus, son versant noir, j’ai aussi pensé au film des frères Larrieu, L’Amour est un crime parfait adapté de Philippe Djian.

Succession de jalons narratifs bancals

L’intrigue ne tient pas debout. Qu’elle soit fidèlement adaptée du roman de James Hadley Chase ne la rend pas plus solide pour autant. La façon dont Bertrand rencontre Eva, la façon dont il s’en entiche, le projet qui naît d’en faire le sujet de sa prochaine pièce sont autant de jalons narratifs bancals.

Mais on se laisse prendre aux situations – même si l’attirance du jeune Gaspard Ulliel pour la cougar Isabelle Huppert, de trente ans son aînée, n’est guère crédible. On se demande où l’histoire va nous mener. Mais on s’y laisse gentiment mener, jusqu’à la conclusion tournée à cinquante mètres de chez moi, sur le trottoir de L’Escurial, une salle de cinéma de quartier où, si Eva y avait été programmé, il en aurait probablement disparu dès sa deuxième semaine d’exploitation. La boucle est bouclée.

Tony PARODI

 



Benoît Jacquot, Eva, France – Belgique, 2018, 100mn

  • Sortie : 7 mars 2018
  • Genre : drame
  • Avec Gaspard Ulliel, Isabelle Huppert, Julia Roy, Richard Berry, Marc Barbé.
  • Scénario : Gilles Taurand et Benoît Jacquot, adapté d’un roman de James Hadley Chase.
  • Distribution : EuropaCorp

En savoir plus sur le film avec notre partenaire CCSF : Eva

Eva, film de Benoît Jacquot, avec Gaspard Ulliel et Isabelle Huppert

Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

R.O.C & Folk

dessin coupe du monde footballdessin_roc_johnny_heritage