Instant classique – 14 octobre 1930… 89 ans jour pour jour. Sur quatorze ans, George Gershwin a composé une quantité faramineuse de comédies musicales pour Broadway, avec son frère Ira comme parolier et quelques amis, comme l’inévitable Ferde Grofé, pour l’aider à orchestrer (Gershwin était un pianiste autodidacte qui n’a cessé de se former).

Girl Crazy fait partie de cette période dorée. À l’affiche de ce Musical endiablé, rien moins que la déjà légendaire Ginger Rodgers et le comique Willie Howard (qui prit la place du fameux lion du Magicien d’Oz, Bert Lahr). Comme cela était d’usage, on a d’abord testé la nouvelle œuvre ailleurs qu’à Broadway (en l’occurrence à Philadelphie), et ce 14 octobre 1930, fort du triomphe remporté en « province », elle est présentée à Broadway avec parmi les musiciens, tenez vous bien : Benny Goodman, Glenn Miller, Gene Kupka… et j’en passe.

272 représentations tout de même, avant de faire le tour du monde et d’être adaptée au cinéma quelques années plus tard, d’où l’affiche qui illustre ce post. Certes, l’ouverture que je propose ici est relativement célèbre, mais quantité de chansons (dont on retrouve certaines mélodies dans le pot-pourri que constitue précisément l’ouverture) vous sont également familières : « I got rythm », bien sûr, mais aussi « Embraceable you » ou « But not for me »…

On peut d’ailleurs rappeler que le soir de la création, Ethel Merman, qui tenait le rôle de Kate Fothergill, a chanté le célèbre « I got rythm » (l’une des toutes premières mélodies qu’on entend dans l’ouverture) en tenant un contre-ut pendant… seize mesures, déclenchant une véritable émeute hystérique dans le public.

Cédric MANUEL



Un jour… une œuvre musicale !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »