fbpx

Sélectionner une page

“Grâce à Dieu” de François Ozon : ni manichéisme, ni voyeurisme

“Grâce à Dieu” de François Ozon : ni manichéisme, ni voyeurisme
Publicité

Alors qu’il était jeune scout, Alexandre (Melvil Poupaud) a été victime d’attouchements du père Preynat (Bernard Verley). En 2014, marié, père de famille nombreuse, catholique fervent, il découvre que son ancien aumônier officie toujours au contact des enfants. Bouleversé il contacte l’évêque de Lyon, le cardinal Barbarin (François Marthouret). C’est moins le pardon du curé qu’il attend que des sanctions de sa hiérarchie.

Mais ses efforts restent vains. Si l’Église écoute son témoignage et lui manifeste sa compassion, si le père Preynat reconnaît les faits sans remettre en cause la parole d’Alexandre, aucune mesure n’est prise pour briser la loi du silence. Bien que sachant les faits, qui remontent à plus de vingt ans, prescrits, Alexandre dépose plainte.

Une enquête est diligentée par le capitaine Courteau (Frédéric Pierrot). Elle permet de retrouver plusieurs victimes du père Preynat parmi lesquels Denis (François Debord), devenu un athée militant, Emmanuel (Swann Arlaud), dont la vie porte les traces indélébiles de ce traumatisme, et Emmanuel (Éric Caravaca), un chirurgien qui prend l’initiative de créer une association pour libérer la parole des victimes et médiatiser l’affaire.

Grâce à Dieu raconte leur combat.

La pédophilie dans l’Église est un sujet grave. Il fait la Une de l’actualité. Il provoque dans l’opinion publique une réprobation unanime. On comprend l’utilité et l’opportunité pour le cinéma de s’en saisir – quelques mois après la sortie des Chatouilles.

Mais on ressent simultanément une triple gêne. Pourquoi recourir à la fiction plutôt qu’au documentaire ? Pourquoi pointer les culpabilités au mépris de la présomption d’innocence, sans attendre que la justice ait fait son office ? Et pourquoi Ozon ? Pourquoi “l’enfant terrible du cinéma français”, dont l’œuvre se caractérise par son ironie acerbe et son réalisme fantastique, s’est il lancé dans cette entreprise qui fleure bon les films de commande pour Dossiers de l’écran ?

Ces réserves sont substantielles. Mais force est de reconnaître qu’il s’agissait d’a priori suscités à la fois par le sujet du film, par sa bande annonce et par le tohu bohu judiciaire qui a accompagné sa sortie – les référés déposés par les avocats du père Preynat et de Régine Maire, ainsi que leur rejet par la justice à la veille de la sortie du film, lui offrant une publicité inespérée dans une semaine pourtant bien chargée (Le Chant du loup, La Chute de l’empire américain…).

Dès ses premières minutes, Grâce à Dieu nous saisit. La mise en scène de François Ozon, d’une incroyable fluidité, réussit à rendre passionnants des échanges de courriels lus en voix-off. Le film se concentre sur Alexandre, remarquablement interprété par Melvil Poupaud, et sa blonde épouse (impeccable Aurélia Petit). On le quitte à regret pour les autres victimes du P. Preynat : François, Emmanuel, Gilles… La construction du film se dévoile : consacrer à chacun des personnages un long temps d’exposition. Le procédé aurait pu être pachydermique ; et pourtant il fonctionne.

Grâce à Dieu aurait pu verser dans le manichéisme ou le voyeurisme. Il aurait pu opposer des prêtres corrompus à des enfants brisés, une Église campée dans ses traditions contre une société civile courageuse. Il évite ces écueils. Grâce à Dieu n’est pas un film antireligieux. Il ne stigmatise ni le cardinal Barbarin, dont la compassion pour Alexandre est sincère, ni même le père Preynat qui reconnaît lucidement les faits.

Grâce à Dieu rend compte sobrement de la démarche des victimes : ni vendetta contre un homme, ni lutte idéologique contre une institution mais une exigence de vérité et de justice – en résonance avec le combat des victimes du franquisme raconté par Le Silence des autres. Ours d’argent au festival de Berlin, Grâce à Dieu réussit à traiter sereinement un sujet propice à toutes les dérives.

Tony PARODI

 



François Ozon, Grâce à Dieu, France, 2018, 137mn

Sortie : 20 février 2019

Genre : drame

Classification : tous publics

Avec Melvil Poupaud, Aurélia Petit, Bernard Verley, François Marthouret, Frédéric Pierrot, François Debord, Swann Arlaud, Éric Caravaca, Denis Menochet, Josiane Balasko, Hélène Vincent

Musique : Evgueni Galperine, Sacha Galperine

Distribution : Mars films

En savoir plus sur le film avec CCSF : Grâce à Dieu

.



Découvrir toutes nos critiques de films



Publicité

Laisser un commentaire

Soutenez le Mag’

100% indépendant, gratuit et sans abonnement ! Soutenez votre journal !

Restez informé !