Select Page

« Grandeur et décadence d’un petit commerce de cinéma » : Godard m’égare

« Grandeur et décadence d’un petit commerce de cinéma » : Godard m’égare
Advertisement

Tandis que le producteur Jean Almeyreda (Jean-Pierre Mocky) s’échine à renflouer sa société, le réalisateur Gaspard Bazin (Jean-Pierre Léaud) fait passer des auditions. Entre eux, Euurydice (Marie Valéra), la femme de Almeyreda et l’actrice de Bazin.

En 1986, quelques mois avant sa privatisation, TF1 diffusait en prime-time le samedi soir ce téléfilm de Jean-Luc Godard. Il a été projeté au dernier festival de Locarno l’été dernier et est sorti en salles en octobre 2017.

Un tournant qui échappe

Jean-Luc Godard, Grandeur et décadence d'un petit commerce de cinéma (affiche)Je n’ai jamais été un grand godardien. Soigne ta droite est d’ailleurs le seul film dont je sois sorti de la projection en cours de séance. C’était en 1988 dans une petite salle à Toulon, fermée depuis belle lurette. Il y a prescription. Bien sûr, j’ai aimé les films du Godard de la première époque : À bout de souffle, Le Mépris… Mais à partir d‘Alphaville et de Pierrot le fou, Godard m’égare. Et dans les années 1970, il me perd définitivement.

Je comprends son désir d’aller au-delà des formes convenues du cinéma telle qu’on le pratiquait alors. Michel Hazanavicius a réussi avec beaucoup d’intelligence à capter ce tournant-là dans Le Redoutable. Mais je ne comprends pas ce qu’il a fait de ce désir et les formes vers lesquelles sa quête l’a entraîné.

Alors, bien sûr, je continue à aller voir les films de Godard, par révérence due à son écrasante réputation. J’ai vu Adieu au langage en 2014. Je me suis copieusement barbé. J’irai voir Le Livre d’image le mois prochain. Je me barberai probablement.

Fulgurances et prétentions

Je trouve les films de Godard artificiels, prétentieux, vains et creux. J’y entrevois aussi quelques références qui hélas me dépassent : Almeyreda est le pseudonyme du père de Jean Vigo, Bazin le patronyme d’un célèbre critique de cinéma des années 50.

J’y découvre parfois quelques fulgurances. Par exemple, dans Grandeur et décadence d’un petit commerce de cinéma, un essai d’une criante vérité avec une actrice anonyme qui hurle son chagrin face à la caméra. Regardez la bande-annonce : il y est.

Tony PARODI

 



Jean-Luc Godard, Grandeur et décadence d’un petit commerce de cinéma, France – Suisse, 1986, 90mn

  • Sortie : 1986 (ressortie : 4 octobre 2017)
  • Genre : film policier
  • Classification : tous publics
  • Avec Jean-Pierre Léaud, Jean-Pierre Mocky, Marie Valéra, Nathalie Richard, Caroline Champetier
  • Distribution : Capricci Films

En savoir plus sur le film avec CCSF : Grandeur et décadence d’un petit commerce de cinéma

Jean-Luc Godard, Grandeur et décadence d'un petit commerce de cinéma



Découvrir toutes nos critiques de films



Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

R.O.C & Folk

dessin coupe du monde footballdessin_roc_johnny_heritage