Select Page

27 avril 1867 : William Shakespeare sauve Charles Gounod

27 avril 1867 : William Shakespeare sauve Charles Gounod
Advertisement

Instant classique – 27 avril 1867… 151 années jour pour jour. Charles Gounod enchainait les échecs ou au mieux les demi-succès après son Faust, qui avait mis quelques temps à tout écraser sur son passage.

Philémon et Baucis, puis La Colombe et enfin Mireille, avaient cruellement désillusionné Charles Gounod, qui alternait moments de création fiévreuse et profonde dépression. Il semble que le compositeur ait envisagé dès 1864 d’adapter la célèbre pièce de William Shakespeare, Roméo et Juliette, et s’en était ouvert à l’incontournable Pauline Viardot.

À l’été 1866, après de grandes difficultés, y compris personnelles, jurant que ce serait là son dernier opéra, Gounod rend enfin son travail, élaboré sur un livret de Henri Meilhac et Ludovic Halévy, lesquels ont simplifié l’œuvre originale en la concentrant beaucoup sur les deux amants.

Après quelques coupures dans la partition, l’œuvre est finalement créée au théâtre du Châtelet à Paris, il y a tout juste 151 ans. Cette fois, le triomphe est sincère, immédiat et durable. Mais Charles Gounod ne retrouvera jamais le même niveau d’inspiration dans ses trois opéras suivants. Roméo et Juliette est donc bien le dernier grand chef-d’œuvre lyrique du compositeur.

En voici l’un des airs phares, ici chanté par le plus grand Roméo de sa génération, Roberto Alagna, il y a plus de 20 ans à Londres, idéalement accompagné par Sir Charles Mackerras à la tête du très bel orchestre du Royal Opera House de Covent Garden.

Cédric MANUEL



À chaque jour son instant classique !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »



Photographie de Une – Romeo et Juliette, opéra de Charles Gounod, avec Roberto Alagna
(capture d’écran Youtube)



Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

Nous soutenons …

affiche barcelone en scene à paris theatreaffiche Quand on sait