Select Page

“Green Book : sur les routes du sud” avec Viggo Mortensen et Mahershala Ali

“Green Book : sur les routes du sud” avec Viggo Mortensen et Mahershala Ali
Advertisement

En 1962, Tony Lip (Viggo Mortensen), un Italien du Bronx, est embauché comme chauffeur par Don Shirley (Mahershala Ali), un pianiste de concert, pour une tournée dans le Sud ségrégationniste.

Green Book est un film que ni le sujet ni la bande-annonce ne donne vraiment envie d’aller voir. On escompte un aspirateur à Oscars, un Miss Daisy et son chauffeur (le plus mauvais des Oscars du meilleur film de ces trente dernières années) à l’envers, construit sur les mêmes ressorts.

On se tromperait pourtant en passant à côté de ce petit bijou sublimé par le jeu de ses deux acteurs. Il est difficile de dire qui de Viggo Mortensen et de Mahershala Ali est le meilleur. Le premier, qui a pris vingt kilos pour le rôle et l’accent de Marlon Brando dans Le Parrain, est un « rital » débonnaire, bon mari et bon père de famille, couturé de préjugés. Le second est un esthète en plein mal-être existentiel : son raffinement l’a éloigné de ses frères de couleur tandis que les lois ségrégationnistes de l’Amérique raciste en font encore aux yeux des Blancs un paria, autorisé à jouer pour eux mais pas à partager leurs toilettes. Il étouffe de solitude, prisonnier de sa double minorité, raciale et sexuelle.

Don Shirley est un “bounty”, noir dehors, blanc dedans ; Tony Lip est un demi-nègre dont le statut et le mode de vie (alimentation, goûts musicaux) le rapprochent plus des Noirs que des Blancs. Aux enjeux de la question raciale se croisent ceux de la question sociale.

Ce “road movie” égrène sans surprise les différents épisodes de la tournée des deux hommes que tout oppose a priori. Elles sont autant d’occasions de les rapprocher. La façon dont, par exemple, l’homosexualité de Don Shirley est révélée est admirable de délicatesse.

On en devine par avance les rebondissements jusqu’à la scène finale. Pour convenue et prévisible qu’elle soit, elle n’en fera pas moins couler une larme.

Tony PARODI

 



Peter Farrelly, Green Book : sur les routes du sud, États-Unis, 2018, 83mn

Sortie : 23 janvier 2019

Genre : drame

Classification : tous publics

Avec Viggo Mortensen, Mahershala Ali, Linda Cardellini, Don Stark, Sébastian Maniscalco, Brian Stepanek, Iqbal Theba

Scénario : Nick Vallelonga, Brian Hayes Currie, Peter Farrelly

Photographie : Sean Porter

Musique : Kris Bowers

Distribution : Metropolitan Filmexport

En savoir plus sur le film avec CCSF : Green Book : sur les routes du sud

.



Découvrir toutes nos critiques de films



 

Advertisement

Laisser un commentaire

Soutenez le Mag’

100% indépendant, gratuit et sans abonnement ! Soutenez votre journal !

Restez informé !

Facebook