Select Page

« Hedy Lamarr » : sublime, intelligente et acariâtre

« Hedy Lamarr » : sublime, intelligente et acariâtre
Advertisement

Hedy Lamarr, née Hedwig Kiesler (1914-2000), a eu une vie hors du commun. Sa beauté stupéfiante a ouvert à cette jeune Autrichienne les portes des studios du cinéma où elle fit une entrée fracassante en jouant nue dans Extase (1933) et en y simulant un orgasme.

D’origine juive, elle prend rapidement la poudre d’escampette vers l’Angleterre puis vers les États-Unis où Louis B. Mayer la recrute. Elle tourne sous la direction des plus grands : King Vidor, Victor Fleming, Richard Thorpe, Cecil B. DeMille qui lui donne dans Samson et Dalila en 1949 son rôle le plus célèbre…

Diva, inventeuse et kleptomane

Alexandra Dean, Hedy Lamarr - From Extase to Wifi (affiche)Mais Hedy Lamarr n’est pas seulement une diva dont la tumultueuse vie sentimentale (elle eut pas moins de six époux) fit le bonheur des tabloïds. Comme l’indique le sous-titre du documentaire, « from Extase to Wifi », Hedy Lamarr était aussi une femme inventive. Dans les années quarante, elle imagina et fit breveter un système de communication par sauts de fréquence pour permettre le guidage des torpilles sous-marines. Le brevet ne fut pas utilisé. Mais quelques années plus tard, l’armée américaine le reprit à son compte. Et aujourd’hui, la technologie utilisée par la Wifi et le GPS empruntent au dispositif imaginé par Hedy Lamarr pendant la Seconde Guerre.

Ce qui précède résume la vie de Hedy Lamarr et la vision hagiographique qu’en donne le très conventionnel documentaire de Alexandra Dean.

Il faut lui reconnaître aussi le mérite d’évoquer la « légende noire » de l’actrice-inventrice : un fils adoptif qu’elle a abandonné, des arrestations ,et même de la prison pour une kleptomanie compulsive et des opérations ratées de chirurgie esthétique qui la défigureront au crépuscule de sa vie.

Entre hagiographie et victimisation

Mais cette série d’avanies est présentée comme autant de malheurs subis par une femme qui n’aurait pas mérité de finir sa vie dans la misère, faute d’avoir touché les revenus que son invention géniale aurait dû lui garantir.

On peut émettre des réserves sur une telle approche. Car outre son visage d’une exceptionnelle beauté, il n’est pas sûr que Hedy Lamarr mérite la fascination que la réalisatrice nourrit à son égard et voudrait nous faire partager.

La modestie de Hedy Lamarr n’était pas sa plus grande qualité. Sa misanthropie et son égoïsme sont frappants – si on les compare par exemple à l’engagement d’une Katherine Hepburn. Et ses droits sur une invention tombée dans le domaine public sont discutables. Quant à sa déchéance physique et à sa solitude dans son vieil âge, on s’en apitoiera si on a du cœur et on estimera qu’elle en porte en partie la responsabilité si on n’en a pas.

Tony PARODI



Alexandra Dean, Hedy Lamarr : From Extase to Wifi, États-Unis, 2017, 96mn

  • Sortie : 6 juin 2018
  • Genre : documentaire
  • Titre original : Bombshell : The Hedy Lamarr Story
  • Classification : tous publics
  • Avec Nino Amareno, Charles Amirkhanian, Jeanine Basinger, Bill Birnes, Peter Bogdanovich, Manya Hartmayer Breuer, Mel Brooks, Lisa Cassileth, Wendy Colton, David Hughes, Diane Kruger.
  • Image : Buddy Squires
  • Musique : Jeremy Bullock, Keegan DeWitt
  • Distribution : Urban Distribution

En savoir plus sur le film avec CCSF : Hedy Lamarr : From Extase to Wifi

 Alexandra Dean, Hedy Lamarr : From Extase to Wifi, avec Spencer Tracy



Découvrir toutes nos critiques de films



 

Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

R.O.C & Folk

dessin coupe du monde football dessin_roc_johnny_heritage dessin ROC Renaud Séchant dessin_roc_philippe dessin_roc_oriordan