Select Page

« La Femme à abattre » avec Humphrey Bogart : bijou noir

« La Femme à abattre » avec Humphrey Bogart : bijou noir
Advertisement

Le procureur Martin Ferguson (Humphrey Bogart) est sur le point de faire tomber le caïd Albert Mendoza (Everett Sloane). Son procès doit s’ouvrir le lendemain et Rico, son lieutenant (Ted De Corsia), va témoigner à charge en échange d’un allègement de peine.

Mais Rico se dégonfle par peur des représailles et, durant son évasion du tribunal, chute mortellement. Il reste quelques heures à peine au procureur et à ses équipiers pour se remémorer toute l’enquête et trouver un élément susceptible de faire tomber Mendoza.

La réalisation de The Enforcer avait été assurée initialement par Bretaigne Windust, un scénariste de théâtre dont c’était le premier passage derrière la caméra. L’histoire veut qu’il se soit fait licencier par Humphrey Bogart qui appela Raoul Walsh pour le remplacer. Une version plus indulgente pour Windust veut qu’il soit tombé gravement malade. Toujours est-il que le seul Windust est crédité à l’écran, le nom de Walsh étant rajouté dans les doublages et dans tous les dictionnaires de cinéma. Stéphan Krezinski dans le Rapp & Lamy parle du « film d’une brute raffinée », joli oxymore pour décrire l’œuvre de Walsh, un réalisateur dont la carrière épouse toutes les évolutions qu’a connues Hollywood depuis les années 1910.

The Enforcer est un modèle de film noir dont il a tous les ingrédients : flic incorruptible, malfrats patibulaires, éclairages expressionnistes… Il est construit par des flashbacks enchâssés : Ferguson se remémore l’interrogatoire des principaux protagonistes de l’enquête qui, à leur tour, se remémorent les événements dont ils ont été les témoins. Cette construction apparemment complexe reste étonnamment lisible et ne perd jamais le spectateur.

Le film est sorti en France sous un titre qui n’a rien à voir avec l’original. Son sens ne se révèle que dans les toutes dernières minutes au risque de révéler la clé de l’énigme.

Tony PARODI

 



Bretaigne Windust et Raoul Walsh, La femme à abattre, États-Unis, 1951, 86mn

  • Ressortie : juillet 2018
  • Genre : policier
  • Titre original : The Enforcer
  • Classification : tous publics
  • Avec Humphrey Bogart, Zero Mostel, Ted De Corsia, Everett Sloane, Roy Roberts, Michael Tolan, King Donovan, Bob Steele, Adelaide Klein, Don Beddoe, Tito Vuolo, John Kellogg
  • Scénario : Martin Rackin
  • Image : Robert Burks
  • Musique : David Buttolph
  • Distribution : Films sans frontières

En savoir plus sur le film avec CCSF : La femme à abattre

Bretaigne Windust et Raoul Walsh, La femme à abattre, avec Humphrey Bogart (affiche)



Découvrir toutes nos critiques de films



Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

Nous soutenons …

affiche barcelone en scene à paris theatreaffiche Quand on sait